Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Où investir son argent en 2021 ?

À fin 2020, plus de 130 milliards d’euros ont trouvé refuge sur les livrets d’épargne réglementés des Français. Une masse de liquidités qui sera certainement réinvestie sur les marchés, cotés ou non cotés, dès les premières embellies. Quels ont été les placements les plus résilients en 2020 ? Quels sont ceux qu’il faut privilégier en 2021 ?

À fin 2020, plus de 130 milliards d’euros ont trouvé refuge sur les livrets d’épargne réglementés des Français. Une masse de liquidités qui sera certainement réinvestie sur les marchés, cotés ou non cotés, dès les premières embellies. Quels ont été les placements les plus résilients en 2020 ? Quels sont ceux qu’il faut privilégier en 2021 ? États des lieux des opportunités d’investissement à saisir.

2019 avait été une année exceptionnelle pour les marchés financiers, laissant présager un début d’année 2020 sur cette même tendance. Ce ne fut pourtant pas le cas. En cause : dès le premier trimestre de l’année, le spectre de la pandémie de la Covid-19 et la mise en place de mesures de confinements ont entraîné un effondrement des marchés, avec en point d’orgue le krach boursier de mars 2020. Dans un contexte sanitaire et économique incertain, l’année 2020 s’est caractérisée par une forte volatilité sur les marchés financiers.

Pour protéger leur patrimoine, investi notamment sur les marchés boursiers, de nombreux investisseurs ont opté dès les premiers signes de la crise financière pour une gestion sous mandat déléguant ainsi le pilotage de leur portefeuille d’actifs. Si les performances n’ont pas été au plus haut au plus fort de la crise, celles-ci sont restées bonnes et le capital investi a été protégé. Pour l’année 2021, continuer à investir en Bourse en confiant ses actifs dans le cadre d’un mandat de gestion figure en bonne place des solutions d’investissement à privilégier, d’autant plus qu’avec le déploiement massif du vaccin contre le coronavirus, l’économie mondiale devrait renouer avec la croissance.

Investir sur le Non-coté

Si investir sur les marchés actions est certainement l’un des placements les plus rentables sur le long terme pour les investisseurs prêts à investir en Bourse l’argent dont ils n’ont pas besoin immédiatement afin de revendre au bon moment, il est toutefois important de diversifier son patrimoine et d’investir dans des actifs décorrélés des marchés financiers. À cet égard, le Private Equity (ou capital-investissement) constitue une excellente opportunité de diversification. Investie dans l’économie réelle, cette classe d’actifs vient en soutien des sociétés, contribue à leur apporter des liquidités et les accompagne dans leurs stratégies, tenant ainsi un rôle-clé notamment en temps de crise. Résilient, stable, ancré dans l’économie réelle et avec des rendements attractifs : le Private Equity n’a pas fait défaut en 2020 et présente de nombreux atouts pour continuer à sur-performer les autres placements en 2021. Émissions obligataires, levées de fonds, opérations de marchands de biens, soutien à des promoteurs immobiliers, etc. : les stratégies d’investissement en Non-coté se sont multipliées ces dernières années et ont assuré aux investisseurs des rendements attractifs, suscitant ainsi un engouement de plus en plus fort auprès de la clientèle privée. Une tendance qui devrait se confirmer dans les années à venir au regard du contexte de crise actuelle et des perspectives de rendement attendues en 2021. Surtout que depuis l’entrée en vigueur de la loi Pacte, il est désormais possible d’investir dans le Non-coté via son assurance-vie ou son PER (Plan d’Épargne Retraite).

Direct ou indirect : privilégier l’immobilier

L’immobilier, souvent présenté comme une valeur refuge, demeure un placement incontournable. Contrairement à d’autres classes d’actifs, ce placement propose un couple rendement/risque attractif et offre, en fonction du dispositif choisi, des opportunités d’optimisation fiscale. Ainsi, l’investissement en SCPI (Société civile de placement immobilier) présente de multiples atouts. En effet, si les SCPI ont été exposées à la crise sanitaire et si celles investies dans les secteurs du commerce et de l’hôtellerie ont souffert, pour autant, ce placement a prouvé cette année sa résilience. Rappelons-le, l’immobilier est aussi un investissement qui s’envisage sur le long terme avec un horizon de placement d’au moins une dizaine d’années. Pour 2021, afin d’amortir d’éventuelles répercussions liées à la crise, il est recommandé de choisir des SCPI investies dans des actifs diversifiés, sur des secteurs d’activités épargnés par la crise et dans des biens immobiliers situés à l’étranger, permettant ainsi d’optimiser la fiscalité sur les revenus locatifs.

Afin de profiter de l’effet de levier de la dette, il est aussi possible d’acquérir à crédit les parts de SCPI. Si investir dans la pierre-papier offre l’avantage de se séparer des contraintes liées à la gestion en direct d’un bien immobilier, l’acquisition d’un actif en nue-propriété ou d’un logement meublé ne doit pas être écartée et présente des atouts indéniables dans une perspective d’optimisation fiscale.

L’arrivée en ce début d’année du vaccin contre la Covid-19 permet aux investisseurs d’envisager l’année 2021 avec une plus grande confiance. Cependant, de nombreuses entreprises ont été touchées par les mesures de confinement, en témoigne la hausse du chômage en novembre dernier. Si cette augmentation est moins impressionnante que celle enregistrée lors du premier confinement, la situation pourrait se dégrader rapidement. D’une crise sanitaire et économique pourrait naitre une crise sociale. À l’aube de cette nouvelle année, il est donc d’autant plus recommandé de diversifier son patrimoine. Si pour s’assurer des rendements plus élevés, il est souvent nécessaire de prendre une part de risque plus importante, il est d’autant plus important de bien sélectionner les placements dans lesquels on souhaite investir. Et cela est d’autant plus vrai en cas de crise, où au sein d’une même classe d’actifs, tous les investissements ne se valent pas.

Olivier Grenon-Andrieu 26 janvier

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques