Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Acheter maintenant, payer plus tard : le secteur des paiements porté par l’innovation numérique

Ces deux dernières années ont été riches en événements dans l’écosystème des paiements. Nous avons été témoins de la forte adoption du paiement sans contact et d’une évolution importante vers le commerce omnicanal, deux changements induits par la pandémie de COVID-19.

Ces deux dernières années ont été riches en événements dans l’écosystème des paiements. Nous avons été témoins de la forte adoption du paiement sans contact et d’une évolution importante vers le commerce omnicanal, deux changements induits par la pandémie de COVID-19. Nous avons également assisté à l’essor spectaculaire d’un nouveau venu dans le secteur : "Buy Now - Pay Later", ou BNPL.

QU’EST-CE QUE LE « BUY NOW PAY LATER » (BNPL) ?

Comme son nom l’indique, le BNPL (ou acheter maintenant et payer plus tard) est un mode de paiement qui permet au consommateur d’acheter un produit ou service sur le champ et de le payer plus tard, en plusieurs versements. Il existe deux catégories générales de BNPL : la première, la plus populaire, concerne les remboursements échelonnés sur une période relativement courte (quelques semaines) sans intérêts. Les formes de versements les plus courantes dans cette catégorie sont les paiements en trois ou quatre fois, les principaux acteurs de cette catégorie étant Klarna et Afterpay. La deuxième catégorie propose d’effectuer des remboursements sur une plus longue durée (quelques mois). Cela s’apparente à du crédit traditionnel et les clients doivent payer des intérêts. Les principaux acteurs dans ce domaine sont Klarna et Affirm.

Par rapport aux cartes de crédit, la principale différence du BNPL (de première catégorie) est l’absence d’intérêts sur leur paiement différé. En outre, les clients ne verront pas leur cote de crédit affectée par ce qui reste essentiellement un prêt à court terme. En effet, les sociétés de BNPL n’effectuent généralement pas de vérification de solvabilité auprès des bureaux de crédit pour autoriser le financement. Au lieu d’utiliser des contrôles formels, elles gèrent leur risque de crédit en accordant aux utilisateurs un accès privilégié à la plateforme. Le consommateur se voit ainsi accorder une autorisation de crédit pour un petit montant dans un premier temps. Ce montant peut être augmenté par la suite s’il rembourse ses mensualités à temps. Cette approche souple est facilitée par la réglementation flexible qui s’applique actuellement au secteur.

LE CRÉDIT SANS INTÉRÊT - OÙ EST LE PIÈGE ?

Si vous vous demandez comment les entreprises de BNPL parviennent à couvrir leurs dépenses sans demander d’intérêts, la réponse est simple : les commerçants paient une commission directe au fournisseur de BNPL pour accepter ce mode de paiement à leur point de vente (équivalent au taux d’escompte dans le cadre d’un paiement par carte traditionnel). Avec le BNPL, ces frais se situent entre 2 et 6%, soit un peu plus que les frais que le commerçant paierait pour accepter un paiement par carte de crédit ou débit. Ils représentent 70 à 85% des revenus de la plupart des sociétés de BNPL traditionnelles. Pour le commerçant, la proposition reste intéressante malgré les frais plus élevés, car les consommateurs qui utilisent le BNPL comme option de paiement ont tendance à acheter davantage. Le taux de conversion des transactions de BNPL est également plus élevé que celui des méthodes de paiement traditionnelles. Il s’agit d’ailleurs d’un élément crucial pour les commerçants dans le domaine du e-commerce. On constate également que les achats répétés sont plus nombreux, que le trafic augmente et que les coûts d’acquisition des clients sont moins élevés. Les commerçants ont tendance à utiliser les plateformes de BNPL comme un outil de promotion efficace pour faire connaître leur gamme de produits.

En plus de percevoir des frais auprès du commerçant, les sociétés de BNPL facturent également des frais de retard aux consommateurs qui ne remboursent pas leurs versements à temps. Ces frais représentent environ 10% du chiffre d’affaires d’Afterpay et constituent un autre outil utilisé par les sociétés de BNPL pour gérer leur risque et leurs pertes. Enfin, ces entreprises gagnent des commissions supplémentaires en invitant les clients à se rendre directement sur les boutiques en ligne des commerçants à partir de leurs plateformes, tirant ainsi parti du fort engagement de leur base d’utilisateurs.

LA CLÉ DU SUCCÈS DU BNPL

Le BNPL est une catégorie de paiement à très forte croissance, passant de 1,6% des transactions de e-commerce mondiales en 2019 à 2,4% en 2020, selon le rapport Global Payments de Worldpay. D’ici 2024, elle devrait pratiquement doubler pour atteindre 4,2% des volumes mondiaux du e-commerce, ce qui implique un taux de croissance annuel moyen de >30% par rapport à 2020.

Dans certaines régions, il convient de noter que le BNPL représente déjà bien plus que 2,4% des volumes du e-commerce. C’est le cas en Australie, en Suède et en Allemagne, où le BNPL représente respectivement 10%, 23% et 19% des paiements en ligne. La Suède est le pays d’origine de Klarna, tandis qu’Afterpay nous vient d’Australie, ce qui pourrait expliquer leur succès. Quant à l’Allemagne, elle est historiquement plus réticente à l’utilisation des cartes de crédit en général. Ces pays démontrent, qu’à terme, les modes de paiements BNPL pourraient englober une large proportion des paiements en ligne, renforçant ainsi les perspectives de croissance du marché.

Dans le monde réel, le BNPL existe également, mais ne couvre actuellement qu’une petite partie des paiements. Malgré sa forte croissance, le BNPL ne représente que 0,2% du volume total des paiements physiques et reste donc un segment de niche sur l’immense marché des paiements (37 000 milliards de dollars en 2020).

Si l’on considère la valeur ajoutée que le BNPL offre à ses clients, la popularité actuelle de ces plateformes n’est pas une grande surprise. En effet, en plus de l’absence d’intérêts, c’est une solution très simple et transparente par rapport aux cartes de crédit, sans frais cachés (un reproche récurrent fait aux prêts sur carte de crédit).

Si l’on en juge par la valeur que le marché attribue à Afterpay (26,6 milliards de dollars pour 506 millions de dollars de recettes nettes en 2021) et par la dernière valorisation de Klarna (à 45,6 milliards de dollars en juin 2021), les acteurs du marché estiment clairement que ce secteur continuera à croître fortement et de manière rentable à l’avenir.

QUEL EST L’IMPACT DU BNPL SUR LES ACTEURS TRADITIONNELS DU SECTEUR DES PAIEMENTS ?

Le BNPL est souvent considéré comme une alternative digitale aux paiements par carte. Pourtant, la majeure partie des transactions de BNPL se fait toujours par l’intermédiaire de cartes bancaires traditionnelles. La méthode ne fait que déplacer les volumes de paiement en ligne des cartes de crédit vers les cartes de débit, ce qui implique un impact limité du BNPL sur les réseaux bancaires (par exemple VISA et MasterCard) et de transaction (notamment Worldline, WorldPay, etc.).

Dans ce contexte, il est utile de distinguer les différents flux de transactions. Les paiements en amont sont ceux effectués par les fournisseurs de BNPL aux commerçants. La plupart d’entre eux disposent d’intégrations directes plus approfondies avec les commerçants, leur permettant ainsi de récupérer les données concernant les unités de gestion des stocks, les données produits, ou encore les détails d’expédition. Ce lien leur permet de payer les commerçants instantanément dans le cadre des Chambres de compensation automatisées. Les réseaux de transaction et les commerçants sont absents de l’équation dans ce cas de figure. Si les fournisseurs de BNPL ne disposent pas d’une connexion directe, une carte virtuelle à usage unique est émise pour payer le commerçant. Dans ce cas, les réseaux de cartes et de transaction marchands bénéficient d’un modèle économique équivalent.

Les paiements en différé sont effectués par les clients auprès du fournisseur de BNPL. Le client décide du mode de remboursement de ses versements. Si le client décide de lier sa carte de débit (90% des cas) ou sa carte de crédit à la plateforme de BNPL, les réseaux bancaires et de transaction bénéficient de la transaction. Ils ne sont pas contournés. Aujourd’hui, rien ne prouve que les fournisseurs de BNPL parviennent à convaincre, ou à permettre efficacement aux clients de lier leurs comptes bancaires directement à la plateforme de BNPL. Si ces acteurs renforcent cette capacité, un système en circuit fermé pourrait apparaître à long terme par le biais de mandats de débit direct.

Les spécialistes des portefeuilles virtuels comme PayPal et Square ont clairement repéré le potentiel du BNPL dans l’espace du e-commerce pour développer davantage leurs réseaux biface. Square a acquis AfterPay pour 29 milliards de dollars afin d’accroître son exposition en ligne, sa présence internationale et de se diversifier vers les grands distributeurs. Là encore, nous ne voyons pas de menaces substantielles en circuit fermé pour l’écosystème des paiements. Square reste centré sur les États-Unis et ne traite que 1% du commerce total (points de vente et e-commerce). Son application Cash est principalement utilisée pour les transactions Peer-to-Peer plutôt que pour payer les commerçants. PayPal a lancé sa propre offre de BNPL et a acquis l’acteur japonais Paidy pour 2,7 milliards de dollars. Ces offres sont destinées à apporter une valeur ajoutée aux utilisateurs de portefeuilles PayPal, tout en renforçant leur offre vis-à-vis des commerçants. La plupart des utilisateurs de PayPal (60%) lient leurs comptes portefeuilles à des cartes de crédit et de débit. D’autres relient leur compte bancaire ou paient des transactions par le biais de soldes stockés. PayPal ne ferme pas encore activement la boucle. Le groupe privilégie toujours une approche partenaire au sein du vaste et dynamique écosystème des paiements. Néanmoins, PayPal pourrait devenir plus agressif à long terme en poussant les gens vers des sources de financement autres que les cartes ou en réussissant à déployer des méthodes directes de versement. Cette dernière option suppose que les utilisateurs du portefeuille permettent à PayPal de transférer automatiquement un certain pourcentage de leur salaire sur leur compte PayPal.

En conclusion, le BNPL est devenu une option incontournable de l’espace des paiements en ligne. Il apporte une approche très intéressante et disruptive dans le domaine du crédit à la consommation à court terme. A l’avenir, le BNPL pourrait (en théorie) être un élément perturbateur pour l’écosystème traditionnel des paiements, si les acteurs du secteur décident de passer en "circuit fermé". Cela dit, pour l’instant, les acteurs du BNPL ne sont pas une menace et travaillent main dans la main avec les réseaux bancaires et de transaction, et contribuent à la croissance globale du marché.

Eros Portillo Spetaliere , Pieter-Jan De Meyer 7 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques