Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Alvo, la marketplace qui accélère la transmission d’entreprise, s’ouvre sur le marché français et lève 1M€ pour soutenir ses ambitions de croissance.

Fondée en 2022 et implantée à Paris, Alvo est une plateforme digitale dédiée à la cession et la reprise d’entreprises (TPE/PME, startups).

Elle annonce son lancement sur le marché français ainsi qu’une levée de fonds d’1M d’euros pour enrichir ses fonctionnalités et accélérer son développement.

Quelques mois après son lancement, Alvo a déjà accompagné 10 équipes de cédants et repreneurs, vendu 2 entreprises et enregistre 100 nouveaux utilisateurs par semaine sur son site. Pour soutenir ses ambitions de croissance, la société annonce également l’ouverture de 10 postes d’ici la fin de l’année.

Le repreneuriat en France : un enjeu économique fort.

Alvo a été fondée en 2022 par trois entrepreneurs aux parcours éclectiques. Matthieu Stefani, entrepreneur passionné à l’initiative du podcast Génération Do It Yourself, du groupe Orso Média ainsi que de l’agence Cosa Vostra. Thomas Colin, expert en direction financière. Après avoir travaillé au sein d’un cabinet financier de support aux transactions, il devient directeur administratif et financier de plusieurs PME et startup puis cofonde Adequancy, une plateforme digitale dédiée au management de transition. C’est à la suite de ces multiples expériences qu’il rejoint l’équipe d’Alvo. Enfin, Germain Michou-Tonning, expert et advisor en scale-up, est un profil doté d’une fine expertise tech et fintech. Il a notamment créé les service-client et les opérations de 2 néobanques à succès, avant de créer et développer les partenariats stratégiques de Qonto.

En France, 30 000 entreprises disparaissent chaque année, faute de repreneurs. Et pour cause : reprendre une entreprise est souvent perçu comme une opération lourde et risquée, là où la création apparaît beaucoup plus légère. Les entrepreneurs sont également frileux face aux coûts que constitue une reprise et nombre d’entre eux attribuent une plus grande valeur à la création effectuée de A à Z. Pourtant, la réalité semble tout autre. 40% des entreprises créées disparaissent avant leur 5ème année. A contrario, on décompte 60 à 80% de survie post reprise d’une entreprise. Un taux de réussite notable qui encourage donc cette manière d’entreprendre.

“Depuis la crise du Covid, nombre de personnes en quête de sens se sont engagées dans une reconversion professionnelle, qu’elle intervienne au niveau du secteur d’activité ou du statut. Mais se lancer dans l’entrepreneuriat ne signifie pas obligatoirement créer sa structure, car tout le monde n’est pas enclin à s’inscrire dans une logique de création. Et pour nourrir des compétences professionnelles liées au management ou à la gestion par exemple, le repreneuriat est une excellente voie. Un autre point qui a été déterminant dans notre souhait de fonder Alvo, est que la reprise d’entreprise répond à une forte utilité économique et sociale, qui permet un maintien de l’ancrage territorial et une réelle préservation des savoir-faire.” déclare Matthieu Stefani, cofondateur d’Alvo.

50% de gain de temps pour concrétiser un projet de cession ou de reprise.

A date, le nombre de transactions de cession et de reprise reste limité : 60 000 entreprises sont mises sur le marché chaque année, quand 185 000 unités pourraient être concernées.

Les causes ? Des difficultés pour ces différents acteurs du marché à interagir et à créer du lien. Afin de simplifier et d’accélérer les transactions, les membres d’Alvo ont fait de l’intermédiation leur credo. Pour cela, ils ont réuni en un même endroit l’ensemble des acteurs de la transmission d’entreprise : cédants, repreneurs, intermédiaires, conseils, financeurs.

En mettant en place une plateforme dotée d’une marketplace et de conseils (financements, valorisation, identification des cibles), Alvo offre aux entrepreneurs une solution clé en main pour trouver plus facilement un acquéreur, une entreprise à reprendre et être renseignés sur les biens achetés avec beaucoup de transparence. Dans une optique de facilitation des process, toute la partie administration a également été digitalisée.

“Les opérations de cession et de reprise de TPE / PME ont la réputation d’être trop peu rentables pour les professionnels du M&A. Nous pensons pourtant que pour être efficace, le marché du M&A Small Cap doit être encore plus intermédié. Intervenir sur ces transactions en tant que conseil ou intermédiaire implique de travailler avec des outils et des méthodes adaptés. C’est pourquoi Alvo conçoit des produits et services qui simplifient le travail des experts-comptables, avocats et banquiers d’affaires. Grâce à la digitalisation des process administratifs, les personnes que nous accompagnons mettent 6 mois à effectuer leurs transactions au lieu de 18.” précise Germain Michou-Tonning, cofondateur d’Alvo.

Pour soutenir ses ambitions de croissance, Alvo a levé 1M d’euros, soutenue par 30 Business Angels dont Alexandre Prot et Steve Anavi de Qonto, Financière Saint-James, Finsextant, Damien Vincent, le Groupe Revue Fiduciaire… L’entreprise annonce également l’ouverture de 10 postes (notamment Tech, Sales et Opérations) d’ici la fin de l’année pour l’accompagner dans son développement national et dans la création de nouvelles fonctionnalités de la plateforme.

Next Finance 14 novembre

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques