Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Comment conjuguer investissement dans le secteur des infrastructures et ESG ?

Désormais, il est possible d’investir via un ETF dans le secteur des infrastructures tout en respectant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). L’ETF sélectionne en effet des actions d’entreprises cotées en bourse positionnées sur cette thématique des infrastructures ESG...

Désormais, il est possible d’investir via un ETF dans le secteur des infrastructures tout en respectant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). L’ETF sélectionne en effet des actions d’entreprises cotées en bourse positionnées sur cette thématique des infrastructures ESG et l’investisseur bénéficie alors de la liquidité de l’ETF et de la diversité d’un panier de titres négociables en bourse.

Pourquoi investir dans le secteur des infrastructures

Les infrastructures sont nécessaires pour répondre aux besoins quotidiens, en plein développement, des populations. Leurs actifs sont régis par des contrats à long terme, une caractéristique qui, combinée à l’indexation à l’inflation, renforce leur capacité de résistance.
De plus, les actifs d’infrastructures sont difficiles à répliquer ou à remplacer. Autrement dit, les entreprises qui les possèdent ou les contrôlent bénéficient d’une barrière à l’entrée stratégique face à des concurrents potentiels, ce qui renforce la résilience des sociétés du secteur.
Dans un rapport publié en 2011, l’OCDE estimait les investissements nécessaires au niveau mondial [1] à 2 500 milliards de dollars par an en moyenne jusqu’en 2030, tant pour la rénovation des infrastructures existantes que pour les nouvelles infrastructures à construire.

De surcroît, l’intérêt grandissant des investisseurs pour le respect des critères ESG de leurs investissements peut être satisfait au travers de ce secteur : les infrastructures s’avèrent particulièrement stratégiques pour assurer la transition énergétique et atteindre les objectifs climat des Accords de Paris.

L’indice ECPI Global ESG Infrastructure Equity Index

C’est en suivant cette tendance de fonds que le fournisseur d’indices ECPI, spécialisé en recherche ESG, a lancé le premier indice sur la thématique des infrastructures ESG. Nommé ECPI Global ESG Infrastructure Equity Index , cet indice, permet de s’exposer, à la hausse comme à la baisse, à des actions d’entreprises de pays développés, considérées comme les mieux placées pour accompagner le développement et l’entretien durables des infrastructures mondiales.

L’indice est équipondéré, rebalancé semestriellement et constitué de 100 actions d’une capitalisation supérieure à 500M€, sélectionnées à travers le monde parmi les 6 secteurs suivants :

  • Communication : réseaux, pylônes d’antenne, câbles en fibre, télédiffusion…
  • Energie : transport et distribution, services publics d’énergie, énergies renouvelables…
  • Transports : transports publics, ports, aéroports, logistique, autoroutes et voies ferrées…
  • Gestion des déchets : collecte et traitement…
  • Eau : réseaux de distribution, traitement des eaux usées…
  • Infrastructures sociales : écoles, hôpitaux, maisons de retraite.

Parmi les critères que doivent satisfaire les actions pour être éligibles à cet indice, figurent notamment l’appartenance à l’un des 6 secteurs décrits précédemment et l’obtention d’une note ESG positive (établie par ECPI). Les entreprises impliquées dans des violations systématiques du Pacte Mondial des Nations Unies sont exclues de l’indice.

En outre, les sociétés éligibles ne doivent pas être impliquées dans la production d’armements, tirer plus de 10% de leurs revenus de la production de tabac ou de produits contenant du tabac, ni être impliquées dans l’extraction de charbon thermique ou de pétrole et de gaz non conventionnels pour plus de 10% de leurs revenus.

Celles impliquées dans l’extraction conventionnelle de pétrole et de gaz ne sont éligibles que si plus de 40% de leurs revenus proviennent de l’extraction de gaz naturel ou de sources d’énergie renouvelables. Celles enfin appartenant au secteur des services publics (« utilities ») sont incluses dans l’univers si leur intensité carbone est alignée avec le scénario des Accords de Paris, visant à limiter le réchauffement climatique à nettement moins de 2 degrés d’ici à 2100 par rapport aux niveaux préindustriels.

L’indice sélectionne donc les sociétés les mieux à même de profiter des opportunités offertes par la demande croissante de développement et de maintenance d’infrastructures durables (transport, services sociaux, eau, gestion des déchets, capital humain, gouvernance d’entreprise, etc.), et disposant d’une notation ESG positive.

Investir dans le domaine des infrastructures en adoptant une approche sélective fondée sur des critères ESG, c’est financer de nombreux projets structurants et préparer le monde d’après la crise sanitaire.

Parmi les valeurs sélectionnées par ECPI, on trouve des titres comme Cisco Systems aux Etats-Unis, Canadian National Railway Comp au Canada ou encore EDF, Engie et Aéroport de Paris en France.

JPEG - 33.1 ko
Source : ECPI, au 26/02/21

Au 30 mars 2021, l’indice ECPI Global ESG Infrastructure Equity Index (GALPHGIN) affichait un rendement actuariel de 9,68% avec une volatilité annualisée de l’ordre de 14,20% depuis sa création en 2008.

JPEG - 36.4 ko
Source : ECPI

RF 20 avril

P.-S.

Les titres ci-dessus sont mentionnés à titre d’information uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’investissement. Les investissements réalisés dans les fonds sont soumis aux fluctuations du marché et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas l’intégralité de leur placement.

Aucune garantie n’est donnée quant à la validité de certains filtres à tout moment, notamment en ce qui concerne le maintien de la note ESG positive entre deux rebalancements. Si une entreprise est impliquée dans une controverse entre deux rebalancements, elle sera automatiquement exclue lors de la prochaine revue de l’indice.

Notes

[1] « Les infrastructures à l’horizon 2030 » – Editions OCDE

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques