Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

L’autre accord commercial

L’accord du Brexit n’a pas été la seule surprise de Noël. À long terme, les accords d’investissement avec la Chine pourraient s’avérer presque aussi importants pour les exportateurs européens.

Les négociateurs commerciaux à Bruxelles n’ont manifestement pas été inactifs pendant les vacances. Outre la conclusion tant attendue d’un accord commercial post-Brexit, ils ont conclu un autre accord dont la négociation avait pris encore plus de temps. L’Union européenne (UE) et la Chine ont annoncé un « accord global sur l’investissement ».

Presque tous les pays de l’UE ont déjà conclu des accords bilatéraux avec la Chine sur la protection des projets d’investissement existants. Le nouvel accord offre plus de sécurité et de transparence pour les nouveaux investissements des entreprises. À l’avenir, par exemple, une entreprise allemande de taille moyenne pourra construire une nouvelle usine en Chine, sa propre filiale, au lieu de travailler avec des partenaires chinois. Un autre avantage potentiel est l’amélioration de l’accès au marché pour les entreprises de l’UE, notamment dans des secteurs tels que l’automobile et les télécommunications. Tout cela est important dans la mesure où les investissements des entreprises et le commerce se renforcent mutuellement.

Nous voudrions nous abstenir de toute spéculation sur ce qui aurait pu être le moteur de l’accélération des négociations. Ce qui est clair pour nous, c’est l’augmentation substantielle de l’importance du commerce avec la Chine. Les exportations de la zone euro ont augmenté de près de 12 % par an depuis 2000, alors que le taux de croissance des exportations vers les États-Unis au cours de la même période était de 1,8 %. Alors que les exportations vers la Chine ne représentaient que 12 % des exportations vers les États-Unis en 2000, ce chiffre est passé à 56 % au cours des 12 derniers mois. [1] Parmi les grandes économies européennes, l’Allemagne en particulier a bénéficié de la demande croissante de la Chine. Comme le montre notre "graphique de la semaine", les fabricants allemands ont exporté presque autant de marchandises vers la Chine au cours des 12 derniers mois que vers les États-Unis.

Si l’on considère les exportations des mois individuels au lieu des totaux cumulés sur 12 mois, il y a eu plusieurs cas l’année dernière où plus de marchandises ont quitté l’Allemagne pour la Chine que pour les États-Unis. Martin Moryson, économiste en chef pour l’Europe chez DWS, ajoute : « La Chine connaît tout simplement une croissance beaucoup plus rapide que les États-Unis. Par conséquent, les marchés de l’avenir, en particulier pour les produits allemands, sont plus susceptibles de se trouver en Chine. Et ce, non seulement pour les produits industriels tels que les machines, mais aussi pour les produits de consommation durables tels que les voitures ».

Martin Moryson 11 janvier

Notes

[1] Haver Analytics à partir du 5 janvier 2021

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques