Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

La durabilité est récompensée par les marchés financiers

DWS voit de grandes opportunités dans l’économie bleue. Il s’agit notamment des entreprises qui utilisent les ressources marines de manière durable pour la croissance économique. Le gérant du portefeuille, Paul Buchwitz, a explicité le potentiel de l’économie bleue...

Stefan Kreuzkamp, Chief Investment Officer du groupe DWS, a identifié trois tendances pour les marchés financiers lors des perspectives de marché à mi-année du gérant d’actifs, lundi. Premièrement, les banques centrales continueront à maintenir les taux d’intérêt à un niveau bas. « Nous ne prévoyons pas de changement des taux d’intérêt avant 2023, ni aux États-Unis ni en Europe. » Deuxièmement, les marchés émergents asiatiques, qui ont particulièrement bien géré la pandémie de Covid-19, devraient figurer parmi les régions où investir les plus prometteuses. Troisièmement, la durabilité est la grande gagnante de la période. Les pays ont appuyé sur l’accélérateur pour être en capacité d’atteindre des émissions nettes nulles. Les implications pour les investisseurs sont également énormes. « Le rapport risque-rendement est meilleur lorsque les critères de durabilité sont respectés », affirme M. Kreuzkamp.

Concernant l’évolution de la pandémie de Covid-19, la gérante de portefeuille et experte en biotechnologie Noushin Irani s’est montrée optimiste. « Le développement extrêmement rapide des nouveaux vaccins à ARNm laisse espérer une application réussie dans d’autres domaines tels que la thérapie du cancer », a-t-elle déclaré.

L’écart de croissance entre les États-Unis et l’Europe se creuse

Quel a été l’impact du Covid-19 jusqu’à présent ? À quoi ressemblera le monde après la pandémie ? L’écart de croissance entre les États-Unis et l’Europe s’est creusé. Stefan Kreuzkamp prévoit une croissance économique de 6,7 % en 2021 aux États-Unis, grâce à l’énorme soutien du gouvernement et aux progrès rapides en matière de vaccination. Il prévoit également une croissance de 5,2 % en 2022. « La zone euro ne peut pas tout à fait suivre », ajoute-t-il. Ici, les prévisions de croissance sont de 4,2 % pour 2021 et de 4,6 % pour 2022. Les marchés émergents devraient être sur un pied d’égalité avec les États-Unis en termes de croissance attendue, M. Kreuzkamp prévoyant une croissance de 6,2 % en 2021 et de 4,7 % en 2022.

En ce qui concerne l’inflation, M. Kreuzkamp a confirmé que tout était en ordre, du moins en partie. « La pression inflationniste devrait atteindre son maximum cette année », a déclaré le CIO. Ensuite, l’effet de la demande refoulée, qui fait grimper les prix, devrait s’estomper. Les goulets d’étranglement de l’offre devraient alors également appartenir au passé et ne pas entraîner de pression significative sur les prix. À plus long terme, toutefois, l’inflation pourrait bien s’établir à un niveau un peu plus élevé qu’auparavant. De nombreux éléments indiquent que les banques centrales toléreront des chiffres d’inflation modérément plus élevés. Ne serait-ce que parce que cela aurait un effet positif sur l’énorme augmentation de la dette. « La politique expansionniste des banques centrales devrait se poursuivre pour l’instant », estime M. Kreuzkamp.

La durabilité : des opportunités sous-estimées dans l’économie bleue et l’éducation

DWS voit de grandes opportunités dans l’économie bleue. Il s’agit notamment des entreprises qui utilisent les ressources marines de manière durable pour la croissance économique. Le gérant du portefeuille, Paul Buchwitz, a explicité le potentiel de l’économie bleue : « Le produit intérieur brut mondial de l’économie bleue a été estimé par l’OCDE à 1 500 milliards de dollars américains en 2010 et devrait atteindre 3 000 milliards de dollars américains d’ici 2030, les industries liées à l’océan devant croître plus rapidement que l’économie établie », a déclaré Paul Buchwitz. « Cependant, lorsque nous mettons en correspondance l’économie bleue avec les 17 objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, l’objectif numéro 14 – la vie aquatique – est actuellement l’un des moins pris en compte », a déclaré l’expert ESG. Mais cela devrait bientôt changer, selon M. Buchwitz, grâce à l’intérêt croissant des investisseurs ainsi que la réglementation et des politiques. Il voit des opportunités d’investissement intéressantes dans trois domaines en particulier.

Premièrement, dans les solutions qui rendent l’aquaculture plus durable. Deuxièmement, dans la décarbonisation du transport maritime. Troisièmement, dans la prévention de la pollution, qui est particulièrement dynamique en ce qui concerne les déchets plastiques.

L’apprentissage numérique est un autre sujet prometteur : la pandémie de Covid-19, 50 millions de nouveaux étudiants rien qu’au Brésil, en Chine et en Inde entre 2015 et 2030, et le besoin de formation continue dû à l’évolution technologique permanente sur le lieu de travail créent une dynamique de croissance élevée. « Dès 2025, le numérique pourrait représenter 15 % des dépenses mondiales en matière d’éducation », prédit M. Buchwitz. En comparaison, il représentait encore moins de 5 % en 2020.

Les marchés actions asiatiques sont les plus prometteurs

Pour DWS, les marchés émergents asiatiques constituent la région d’investissement la plus prometteuse, tant sur les 12 prochains mois (rendement total attendu de 9 %) que sur le long terme. « Les pays d’Asie du Nord (Chine, Taïwan, Corée du Sud) ont notamment très bien géré la crise du Covid-19 », a déclaré Sean Taylor, Chief Investment Officer APAC chez DWS. « C’est pourquoi ils ont contracté moins de dettes. Cela devrait avoir un impact positif à l’avenir. Les pays asiatiques, et la Chine en particulier, sont souvent sous-estimés ou mal jugés », a-t-il ajouté. Un argument souvent utilisé par les sceptiques est le niveau élevé de la dette des entreprises. Or, celui-ci est en réalité beaucoup plus faible qu’en Europe ou aux États-Unis. Le fait que les prévisions de croissance pour la Chine ne soient plus aussi élevées qu’auparavant constitue plutôt un avantage qu’un inconvénient. La Chine se concentre sur une croissance de meilleure qualité, et le PIB par habitant augmente. En outre, la Chine, qui était un « imitateur » mondial, est devenue le pays le plus innovant du monde. L’évolution des demandes de brevets en est une preuve évidente : 43 % des demandes de brevet mondiales proviennent désormais de la Chine, suivie de très loin par les États-Unis (19 %) et le Japon (10 %). « Les tensions entre les États-Unis et la Chine, qui ne devraient pas disparaître de sitôt, vont encore accélérer cette évolution », prévoit M. Taylor.

Les actifs alternatifs viennent remplacer les obligations d’État dans un portefeuille multi-actifs

« Les obligations d’État ne valent actuellement pas le risque qui leur est associé ». Par cette déclaration, Björn Jesch, Chief Investment Officer pour la région EMEA et responsable mondial du multi-actif et des solutions, a attiré l’attention sur la situation difficile à laquelle sont confrontés les investisseurs. « La tendance à la hausse des taux d’intérêt exerce une pression sur les prix », a-t-il déclaré. En outre, les fluctuations s’accentuent avec des prévisions d’inflation plus élevées. Il y a dix ans, il était encore possible d’obtenir un rendement total (avant inflation) de trois pour cent avec une combinaison de 97 % de placements porteurs d’intérêts et de trois pour cent d’actions, et ce avec des fluctuations de seulement trois pour cent. Aujourd’hui, cela nécessite une part d’actions de 78 % et 22 % de placements porteurs d’intérêts, avec des fluctuations, c’est-à-dire un risque, presque quatre fois plus élevé, de 11 %.

Selon M. Jesch, les investissements alternatifs dans le cadre d’un portefeuille offrent une solution, à commencer par les sociétés d’investissement immobilier (REIT) cotées en bourse et les sociétés d’infrastructure, jusqu’aux investissements privés dans l’immobilier et la dette d’infrastructure.

L’ajout de placements alternatifs peut contribuer à atténuer les baisses de valeur d’un portefeuille et ouvre également des possibilités d’appréciation, a ajouté le CIO. Avec un portefeuille composé de 54 % d’actions, 26 % d’investissements Fixed Income et 20 % d’investissements alternatifs, il est possible d’obtenir un rendement moyen de 3 % avec un risque nettement plus faible (9 %) qu’avec la seule combinaison d’actions et d’obligations. Dans le secteur obligataire traditionnel, M. Jesch considère que les obligations d’entreprise, qu’elles soient de qualité « investment grade » ou high yield, constituent un élément judicieux d’un portefeuille.

Immobilier : la logistique et le résidentiel en point de mire

« Le Covid-19 n’a pas seulement frappé l’économie, elle a changé la façon dont nous exploitons l’immobilier », explique Anke Weinreich, gestionnaire de portefeuille pour l’immobilier. Selon elle, la pandémie a encore accéléré la tendance au e-commerce en particulier : La demande croissante de livraisons plus rapides a fait des propriétés de logistique les gagnants de cette tendance. Le secteur résidentiel est également en ligne de mire, a-t-elle ajouté : « Le travail à domicile stimule la demande d’appartements plus grands. Ce qui est recherché, ce sont les logements abordables dans des endroits bien desservis, en dehors du centre-ville », a déclaré Mme Weinreich. Les propriétés de banlieue en ont profité. « Nous nous attendons à ce que les secteurs de la logistique et du résidentiel surperforment considérablement le marché en général, avec des rendements annuels totaux de 8 % au cours des cinq prochaines années. Pour les immeubles de bureaux, nous prévoyons des rendements annuels de 6 %. Les immeubles de commerce de détail arrivent en queue de peloton, avec des rendements attendus de 4 %. »

En ce qui concerne les régions, Weinreich a déclaré : "Nous pensons que le Royaume-Uni sera en tête des marchés immobiliers mondiaux en termes de rendement total, avec 8 %, et les États-Unis, avec 7 %, sur une période de cinq ans. Le marché immobilier allemand devrait enregistrer des performances légèrement inférieures à la moyenne mondiale (5 %), mais il présente également un risque plus faible."

Next Finance 3 juin

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques