Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

La précision est importante, même lorsqu’il s’agit d’investissement ESG

La quantité d’informations et de signaux contradictoires peut être source de confusion pour un investisseur. Comment, par exemple, évaluer la performance ESG des entreprises ? L’analyse de Marjaana Haataja, Portfolio manager, global equities chez Evli Funds Management Ltd.

Si vous ne faites pas attention, le trop-plein d’informations peut vous plonger dans un état de désespoir lorsque vous chercher à investir. Les états financiers des entreprises peuvent en effet être examinés sous de nombreux angles et comparés à l’aide d’une variété de ratios et de multiples. Les directions des entreprises publient leurs perspectives et les analystes les évaluent en retour. Les investisseurs disposent ainsi de données qui couvrent l’ensemble de l’économie ou d’un secteur spécifique, sans oublier les données ESG liées à l’environnement, au social et à la bonne gouvernance. Sur la base de ces informations, il est souvent possible de présenter des arguments solides aussi bien pour ou contre un investissement. Alors, comment apporter clarté, calme et cohérence au processus de décision d’investissement ?

Serait-il envisageable de s’attaquer à la vague d’informations disponibles avec, par exemple, un indicateur unique, comme un score ESG, fourni par une entreprise tierce ? En général, l’objectif d’un score est de décrire les risques et les opportunités ESG les plus importants auxquels une entreprise et son secteur sont confrontés, son degré d’exposition à ces risques et sa capacité à les gérer - y compris par rapport à ses concurrents.

L’illusion de la « solution simple »

Pour les investisseurs, cependant, la notation ESG ne donne pas nécessairement une image complète d’une entreprise. Selon le modèle de ceux qui établissent les notations, une entreprise peut avoir de bons résultats dans son propre secteur en matière de responsabilité, mais pour l’investisseur, le secteur en lui-même peut poser problème. Il se peut également qu’un conflit, un risque ou une opportunité particulières soient pondérées dans le modèle de notation d’une manière qui ne correspond pas à l’approche de l’investisseur.

Parfois, une entreprise peut passer d’une classification sectorielle à une autre dans les fichiers du fournisseur de notation lorsque l’orientation de l’activité évolue au fil des années. En conséquence, non seulement le secteur change, mais le modèle de notation utilisé pour évaluer les risques et opportunités ESG de l’entreprise dans ce nouveau secteur sont susceptibles de changer également. Une bonne note ESG peut devenir médiocre ou inversement, même s’il n’y a pas eu de changements majeurs dans l’activité de l’entreprise. C’est ce qui est arrivé récemment à une entreprise dont les principales sources de revenus ont longtemps été la fabrication et la vente de véhicules. Elle avait reçu une assez bonne note ESG dans cette classification sectorielle, mais après sa transformation en conglomérat, sa note ESG s’est vue abaissée de deux crans.

Et même avant ce changement de classification sectorielle, la note ESG de cette entreprise n’était pas évidente. Son score ESG était particulièrement bon dans le domaine de l’environnement, mais les perspectives de cette entreprise étaient compromises par leur faible production de véhicules électriques et hybrides. Par ailleurs, l’une des autres divisions de cette entreprise est consacrée à l’exploitation du charbon, ce qui est problématique en termes de lutte contre le changement climatique et qui reste une source d’énergie majeure dans le pays où cette entreprise est implantée. De plus, l’impact des plantations d’huile de palme développées par cette même entreprise pourrait également nécessiter un examen minutieux de la part d’éventuels investisseurs. De nombreuses questions peuvent ainsi être abordées dans le cadre d’une analyse de durabilité et une notation ESG ne constitue donc qu’un aperçu de la situation d’une entreprise.

Toutefois, le problème le plus évident de l’utilisation des notations ESG, notamment sur les marchés émergents, reste le manque de couverture des données, car certaines entreprises, en particulier parmi les petites et moyennes entreprises, ne sont pas couvertes par les notations. Devrions-nous alors ne pas investir du tout dans ces entreprises, ou simplement essayer de donner un sens à cet ensemble de données ?

Etablir des principes d’investissement en amont

Le risque réside dans l’absence d’un plan clair, un investisseur peut être distrait par des informations non pertinentes et des signaux contradictoires. Si notre approche de l’investissement devait être décrite en un mot, ce serait concentré. Nous avons soigneusement examiné et sélectionné ce que nous estimons être les critères de sélection essentiels, sur la base de nos propres principes ESG. La sélection des investissements et la construction du portefeuille doivent être aussi claires et fluides que possible, sans que les préférences personnelles, les partis pris ou les préjugés du gérant ne déterminent le contenu du portefeuille. Quelle que soit la quantité de données disponibles sur les états financiers ou les facteurs ESG, nous nous concentrons sur les informations que notre processus d’investissement définit comme essentielles.

Ainsi, Evli a développé sa propre base de données ESG pour aider les gérants à prendre leurs décisions conformément aux principes d’investissement responsable d’Evli.

Marjaana Haataja 15 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques