Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Le fonds Groupama Axiom Legacy franchit la barre des 500 millions d’euros d’encours sous gestion

Groupama Axiom Legacy a dépassé les 500 millions d’euros d’encours sous gestion le 18 janvier 2021. Ce fonds dont la gestion est déléguée par Groupama Asset Management aux spécialistes des valeurs financières Axiom Alternative Investments, remporte un franc succès auprès des investisseurs.

Investi en dettes subordonnées financières, Groupama Axiom Legacy cible l’ensemble des différents types de dettes subordonnées dites « Legacy », que les émetteurs devraient rembourser du fait de leur déqualification au statut de capital réglementaire. Cette classe d’actifs spécifique peut compter sur un gisement profond sans cesse renouvelé par les changements réglementaires.

La majorité des instruments actuellement détenus en portefeuille seront déqualifiés du capital fin 2021 qui marque la fin de la transition de Bâle II à Bâle III [1]. Le fonds se repositionnera progressivement sur des horizons 2025 (compagnies d’assurance dans le cadre du passage à Solvabilité 2 [2] et banques dans le cadre de CRR2 et BRRD2 [3]).

Avec un spread moyen de 411 points de base (au 31/12/2020) pour une notation agence moyenne BB+, Groupama Axiom Legacy 21 nous semble attractif dans le marché de crédit actuel (l’indice Corporate BB affiche un spread de 250 points de base à la même date).

Pour rappel, l’objectif du fonds est d’obtenir, sur un horizon minimum d’investissement recommandé de 4 ans, un rendement annualisé égal ou supérieur à celui de l’indice Euribor 3 mois +3% (après déduction des frais de gestion).

« Au sein de l’univers du crédit financier, les obligations Legacy avec une échéance réglementaire de 2021 sont plus que jamais un choix de premier ordre. L’appétit des investisseurs s’est accru depuis la publication des derniers avis de l’EBA [4] et de la PRA [5] qui ont conforté les émetteurs dans leurs rachats de titres Legacy qui devraient se poursuivre cette année. Du point de vue du crédit, nous pensons que c’est la classe d’actifs où il faut être investi en 2021. » observe David Benamou, Responsable des Investissements d’Axiom-AI.

Next Finance 10 février

Notes

[1] Bâle 1, 2, 3  : le Comité de Bâle est un comité informel constitué de banquiers centraux et de régulateurs qui formule des propositions en matière de réglementation bancaire, transposées par les législateurs nationaux. Bâle 1 (« ratio Cooke ») a été le premier mécanisme international visant à garantir la solvabilité des banques au moyen d’une approche simple (ratio de 8% et pondérations de risques quasi universelles, à l’exception des établissements publics et de l’immobilier). Bâle 2 a introduit des pondérations basées sur les ratings afin de mieux prendre en compte les risques de crédit réels. Bâle 3 a transformé les fonds propres réglementaires et a considérablement durci les exigences minimales de fonds propres.

[2] Solvabilité II : Solvabilité II est une réforme réglementaire européenne du monde de l’assurance. Dans la lignée de Bâle II, son objectif est de mieux adapter les fonds propres exigés des compagnies d’assurance et de réassurance aux risques que celles-ci encourent dans leur activité.

[3] CRR2 et BRRD2 : le CRR est le règlement sur les exigences de fonds propres et une transposition législative de Bâle 3 dans l’UE. Comme il s’agit d’un règlement, il est directement applicable dans les États membres. La BRRD est la Directive européenne sur le redressement et la résolution des crises bancaires qui a introduit un nouveau régime encadrant les défaillances bancaires et qui donne aux régulateurs un large pouvoir en matière de gestion des crises bancaires, en les dotant notamment du mécanisme de renflouement interne. Le 16 avril 2019, un nouveau corpus réglementaire a été adopté – le « package bancaire » (CRR2, CRD5, BRRD2) - qui précise et prolonge ces cadres légaux. Sans rentrer dans les détails de ce texte, les règles d’éligibilité des instruments de dettes T1 et T2 sont précisées et globalement durcies. Il est ainsi prévu, pour les titres qui étaient éligibles au capital sous CRR1 mais pas sous CRR2, une nouvelle période de transition. La CRR2 ouvre donc un nouveau champ d’investissement sur des titres qui vont subir une déqualification en 2025.

[4] EBA - European Banking Authority

[5] PRA - Prudential Regulation Authority

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques