Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Le véritable enjeu de la guerre de Poutine

L’adhésion à l’UE est un modèle de liberté économique et politique. C’est ce qui en fait une menace pour le Kremlin. L’analyse de Johannes Muller, Responsable de la recherche macroéconomique chez DWS...

S’il y avait une chose qui unissait encore les citoyens du bloc communiste au début des années 1990, c’était l’espoir généralisé d’échapper à la sinistre réalité soviétique. Quels que soient leurs nationalités disparates ou leur âge, les citoyens espéraient une vie « normale » du type de celle que la plupart des citoyens des sociétés démocratiques de « l’Occident » considèrent comme acquise. [1] S’enrichir, mais aussi pouvoir lire et penser ce que l’on veut, et dire ou écrire ce que l’on pense, sans craindre l’oppression du gouvernement ou l’invasion étrangère.

30 ans après, certains pays ont mieux réussi que d’autres sur le plan purement économique, comme l’illustre notre graphique de la semaine. Mesuré aux prix actuels et en parité de pouvoir d’achat, il montre qu’à la fin du communisme, l’Ukraine avait à peu près le même produit intérieur brut (PIB) par habitant que la Pologne. Aujourd’hui, il n’en représente qu’une fraction. La Pologne a même dépassé de loin la Russie, riche en matières premières. Il en va de même pour la Lettonie ; quant aux deux autres États baltes, leurs résultats sont encore meilleurs.

Cela minimise probablement les performances économiques de la Russie du point de vue de ses citoyens moyens, non seulement en raison de niveaux de revenus plus élevés que la plupart des autres pays au départ, en tant que centre impérial et industriel de l’ancien bloc soviétique. Depuis 1990, la répartition des revenus et des richesses semble être devenue extrêmement inégale ; selon certaines estimations, le montant de la richesse privée détournée au fil des ans par les Russes les plus riches représentait environ trois fois les réserves étrangères nettes officielles en 2015. [2]

Pour les médias russes critiques considérés comme des ennemis incorrigibles, les représailles, les intimidations et, finalement, les meurtres ont commencé presque immédiatement après l’ascension initiale de Poutine au pouvoir. [3]

Pour la plupart des autres pays d’Europe de l’Est, notamment en Pologne et dans les États baltes, l’adhésion à l’Union européenne (UE) offrait un modèle alternatif sur la manière de combiner liberté économique et politique. [4] La première invasion de l’Ukraine par la Russie en 2014 a été déclenchée par un traité commercial avec l’UE, et non par une perspective réaliste d’adhésion à l’OTAN. De même, les principales revendications des militants pour la démocratie en Biélorussie voisine, qui ont motivé la répression soutenue par Moscou, reposaient sur de meilleures relations avec l’UE.

Contrairement à ce que semble penser Poutine, les Ukrainiens se considèrent depuis longtemps comme une nation européenne clairement distincte, encore en train de définir sa position vis-à-vis de ses voisins. [5] Et comme si cela n’était pas une provocation suffisante, ils veulent déterminer leur propre avenir par le biais d’élections libres et équitables - une pratique courante dans la plupart des pays européens. Le fait que Poutine y voit une menace mortelle en dit autant sur son régime que les terribles scènes de bombardements de villes auxquelles le monde assiste actuellement.

30 ans après la fin du communisme soviétique, l’adhésion à l’UE s’est avérée être un facteur clé dans la détermination des performances économiques.

Johannes Müller 7 mars

Notes

[1] De la fange soviétique à la vie normale en 20 ans - The Moscow Times ; https://www.themoscowtimes.com/2011...

[2] Des Soviets aux oligarques : inégalité et propriété en Russie 1905-2016 (gabriel-zucman.eu) ; https://gabriel-zucman.eu/files/NPZ...

[3] Her Own Death, Foretold (washingtonpost.com) ; https://www.washingtonpost.com/wp-d...

[4] Metsola à Zelenskyy : "Nous devons affronter l’avenir ensemble" | Aktuelles | Europäisches Parlament (europa.eu)

[5] L’ancienne normalité de Kiev (redux) - par Timothy Snyder (substack.com)

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques