Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Les investisseurs particuliers méritent un ecolabel européen ambitieux mais ils risquent de ne pas l’avoir

Philippe Zaouati, Directeur Général de Mirova appele de ses vœux un écolabel qui contribue à changer la donne et offre aux épargnants européens des produits d’investissement qui aient du sens. En particulier, selon lui, la part verte des produits en action doit pour cela être reconsidérée...

A mesure que l’urgence environnementale et sociale se fait plus prégnante, les citoyens européens expriment de plus en plus leur volonté de placer leur épargne dans des produits d’investissement durables. A minima, ils attendent que leurs investissements ne soient pas dommageables pour la planète et la société. Souvent, ils souhaitent aller au-delà, avec des investissements qui contribuent à accélérer la transition vers une économie verte. Dans le cadre du plan d’action finance durable lancé en 2018, la volonté de la Commission européenne de développer un ecolabel pour les produits financiers d’épargne et d’investissement part de ce constat. L’écolabel constitue pour les consommateurs-citoyens un repère : il marque les produits de consommation (papier, produit vaisselle…) les plus respectueux de l’environnement. Ce qui se traduit pour les produits financiers par la recherche d’un impact écologique positif. L’extension de cette démarche aux produits d’épargne et d’investissement est aujourd’hui en passe d’aboutir. Mais le résultat escompté ne sera pas au rendez-vous.

Mirova est un acteur de référence de l’investissement durable qui a depuis sa création poussé pour l’adoption de labels plus exigeants. Nous avons une expérience significative de ces outils, puisque la quasi-totalité de nos stratégies disposant au moins du label ISR [1], cinq d’entre elles disposant du label français Greenfin [2] - sans doute le plus exigeant en Europe des labels nationaux de finance verte. Cette expertise nous oblige aujourd’hui à prendre la parole. En l’état actuel des choses, nous regrettons de constater que l’écolabel s’oriente vers un échec à grande échelle, dont la cause principale -mais pas unique- est l’impossibilité de développer des produits en actions cotées répondant au projet actuel de cahier des charges. Le « taux de vert » demandé pour ces fonds, de 50 %, est hors de portée pour ce type de produits, la part verte des principaux indices de marché se situant en dessous de 2 %.. Cet objectif ne sera pas atteint avant longtemps, si tant est qu’il le soit un jour. Encore moins en cochant l’ensemble des critères demandés par ailleurs par la taxonomie et l’écolabel. Dans les estimations dont nous disposons, avec des données identiques à celles utilisées par la Commission européenne, aucun fonds en action diversifié en Europe ne serait en mesure aujourd’hui d’obtenir l’écolabel.

Cela traduit un échec en premier lieu pour les épargnants, car l’Europe ne leur donnera pas la possibilité de disposer de produits d’investissement « verts » fiables pour leurs placements en actions. Ce sont plusieurs milliers de milliards d’euros potentiels privés d’un outil européen de fléchage vers des produits verts. Plus grave : l’écolabel risque d’être un échec en termes de durabilité, car l’absence ou le très faible nombre de fonds labellisés ne permettra pas d’encourager les entreprises à adapter leur modèle d’affaires à une économie verte. Troisièmement, l’écolabel risque d’être un échec en termes de finance durable, avec l’élaboration du tout premier standard européen pour des fonds d’investissement dont les encours resteront faibles . Dans le meilleur des cas, l’écolabel vivotera en labellisant des produits obligataires sur des montants modestes. Sa valeur ajoutée pour les citoyens, le développement durable et gestionnaires d’investissement sera alors questionnable.

Le constat est d’autant plus amer pour des acteurs engagés comme Mirova que nous cherchons à appuyer le développement de standards élevés et mieux-disants. Mais ceux-ci doivent être réalistes.
Nous avons récemment pris la parole pour apporter notre soutien à une taxonomie européenne à l’ambition préservée. Nous avons alors réaffirmé que les standards et labels qui se structurent doivent permettre de tracer la voie vers cette cible qu’est la taxonomie. L’écolabel nous semble pour cela être l’outil idéal. Mais aujourd’hui, il ne dessine pas cette route. Il est donc aussi de notre responsabilité d’acteur de terrain de le dire, pour contribuer à faire émerger des solutions qui fonctionnent et pour accélérer le changement de nos économies, dans le monde réel. Nous identifions plusieurs malentendus qui ont abouti à cette situation.

Un premier malentendu concerne un aspect trop peu pris en compte dans les débats autour de l’écolabel, intrinsèque à la nature des produits en actions : la nécessité de diversifier les secteurs d’investissement.

Même avec la stratégie la plus verte, un fonds en actions cotées se doit d’investir dans une variété suffisante de secteurs économiques pour équilibrer ses prises de risques. Cela est d’autant plus vrai pour des fonds destinés à des épargnants individuels, comme le sont ceux éligibles à l’écolabel, qui exigent des niveaux de prise de risque maîtrisés. Cela signifie que, même dans une économie qui serait déjà verte, un fonds « vendable » ne pourra pas être investi à 50 % dans des activités vertes, celles-ci représentant une diversité de secteurs trop restreinte. Un épargnant avec qui l’on prend le temps et la transparence pour expliquer cet élément de base comprend cela parfaitement : il ne s’agit en rien de green-washing [3], c’est un sujet d’éducation financière.

Les seules exceptions que nous identifions confirment cette analyse. Des fonds thématiques, très concentrés, par exemple des fonds passifs presqu’exclusivement investis sur des énergies renouvelables, pourraient peut-être passer la « barre » de 50% de l’écolabel. Mais leur niveau de concentration les rend très risqués et donc inadaptés pour être proposés à des épargnants. Ces fonds ont en outre un potentiel déstabilisateur : trop investis, leur niveau de concentration risquerait alors d’assécher le marché des actifs verts, de réduire sa liquidité et donc son bon fonctionnement. Ce n’est sans doute pas ce que cherche le régulateur.

Un deuxième malentendu concerne la présumée absence d’impact environnemental et social de certaines classes d’actifs, en particulier les actions cotées. Certains acteurs considèrent que l’impact des investissements dans un fonds en actions, quelle que soit sa part verte, a finalement peu d’impact dans le monde réel car il ne se traduit par aucun projet concret.

Il suffit pourtant de prendre de la distance et de retourner l’argument pour réaliser qu’il ne tient pas la route. Car alors, si ces investissements n’ont aucun impact réel, s’ils ne changent pas la donne, pourquoi finalement se formaliser d’investissements massifs dans les actions d’entreprises liées aux combustibles fossiles et à tous les secteurs les plus nocifs en matière durabilité ? L’absence de preuve empirique ne signifie pas pour autant une absence d’impact.

L’impact des fonds en actions cotées est réel, il est surtout potentiellement massif, mais il est indirect. Cela doit être expliqué de manière claire aux épargnants. Surtout, leur impact ne se joue pas au niveau d’un seul produit. C’est l’agrégation des montants fléchés vers un même objectif – la taxonomie, dans le cas de l’écolabel- qui fera la différence, qui fera évoluer la stratégie des entreprises pour créer les modèles d’affaires appropriés au monde de demain. Différentes recherches l’ont démontré : pour maximiser l’impact de fonds verts, mieux vaut 200 fonds et de gros montants fléchés à des proportions moindres vers des objectifs convergents qu’une dizaine de fonds « purs et parfaits » fléchés à 40 ou 50 %. La probable absence ou le faible nombre de fonds labellisés efface donc toute perspective d’impact positif en matière de durabilité.

Un troisième et dernier malentendu concerne les conséquences de la mise en œuvre du règlement taxonomie. L’impossibilité d’investir de telles proportions d’encours sur des activités vertes ne tient pas tant à l’absence d’information au niveau des émetteurs qu’à un niveau trop peu avancé de transformation de nos économies.

Les entreprises dont l’activité est compatible avec la taxonomie ne cachent pas les actifs verts derrière des rideaux pudiques : sauf pour quelques pures players [4], ces activités restent faibles. Ce n’est pas une surprise : si l’économie était déjà compatible avec l’accord de Paris, nous n’aurions besoin ni d’accord de Paris, ni de taxonomie. Ces actifs n’existent pas encore ou pas suffisamment. D’après les estimations d’ISS-ESG [5], les actifs potentiellement compatibles avec la taxonomie en l’état représentent donc moins de 2% des principaux indices de marché. La mise en œuvre de l’obligation de transparence sur le chiffre d’affaire vert facilitera grandement notre travail d’investisseur, mais il ne modifiera pas du jour au lendemain la réalité industrielle. Cela se fera progressivement, sur plusieurs années.

Nous appelons de nos vœux un écolabel qui contribue à changer la donne et offre aux épargnants européens des produits d’investissement qui aient du sens. En particulier, la part verte des produits en action doit pour cela être reconsidérée de manière réaliste et relative : cinq fois le taux estimé des principaux indices de marché pourrait être un point de départ, soit environ 10 à 15 %.

Ce taux devrait ensuite être revu régulièrement, par exemple tous les deux ans, pour s’améliorer à mesure que le marché évolue et se rapprocher progressivement d’objectifs plus ambitieux. Les investissements en infrastructures et les investisseurs institutionnels doivent aussi pouvoir être intégrés. Nous appelons également à ne pas retarder son adoption. Pour la taxonomie comme pour l’écolabel, l’attente et la recherche d’un résultat pur et parfait ne fera que freiner notre action collective, alors qu’il est plus que grand temps d’agir !

Philippe Zaouati 19 mars

P.-S.

Les éléments mentionnées reflètent l’opinion de Mirova et la situation à la date du présent document et sont susceptibles d’évoluer sans préavis.

Notes

[1] Les références à label ne préjugent pas des résultats futurs du fonds ou du gestionnaire.

[2] Les références à label ne préjugent pas des résultats futurs du fonds ou du gestionnaire.

[3] écoblanchiment

[4] Acteurs exclusifs

[5] Branche dédiée à l’investissement responsable de Institutional Shareholder Services (ISS), fournisseur de solutions environneentales, sociales et de gouvernance pour les investisseurs

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques