Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Quelles opportunités sur les marchés asiatiques ?

A l’occasion du Nouvel An chinois, Shamik Dhar, Chef économiste de BNY Mellon Investment Management revient sur ses perspectives pour les marchés actions asiatiques mais surtout sur les tendances qui soutiendront l’économie chinoise.

Dans l’ensemble, le sentiment des investisseurs des marchés émergents s’est amélioré, compte tenu de l’affaiblissement du dollar, de la détente des marchés financiers dans les économies développées et de l’amélioration de l’activité commerciale mondiale et des prix des matières premières. Comme de nombreux marchés émergents n’ont plus beaucoup de marge de manœuvre pour réduire davantage les taux, les perspectives de reprise de chaque pays dépendront en grande partie de la marge de manœuvre dont ils disposeront pour augmenter leurs dépenses budgétaires. À cet égard, la Chine montre l’exemple, et des mesures de relance supplémentaires profiteront probablement aux actions chinoises jusqu’en 2021. D’une manière générale, nous continuons à favoriser les marchés d’actions asiatiques étroitement liés aux secteurs les plus résistants de l’économie de la Chine continentale, et ceux qui restent des havres de sécurité de l’Union européenne en raison de leur forte capacité à contenir les virus et de leur politique ciblée (par exemple, les Philippines, l’Indonésie, la Corée et Taïwan).

À mesure que la reprise cyclique s’accélère dans les pays d’Asie du Sud-Est, les secteurs des biens de consommation et des services financiers bénéficieront probablement de l’augmentation des dépenses de consommation et des investissements en infrastructures réalisés ces dernières années.

La Chine a clairement mené la reprise économique mondiale post-Covid. Cette crise économique a nécessité une approche politique multidimensionnelle pour améliorer le système de soins de santé et remettre l’économie réelle sur des bases solides grâce à une politique monétaire et fiscale ciblée. Les efforts déployés pour limiter les taux d’infection et stabiliser l’économie ont porté leurs fruits : l’économie chinoise a déjà dépassé son niveau de PIB d’avant la crise. Une majorité de marchés développés et émergents suivront les traces de la Chine et atteindront les niveaux d’activité économique d’avant la crise au cours du second semestre 2021. Cette marée montante de croissance mondiale devrait encore alimenter l’économie chinoise. Mais une fois que la marée se sera retirée, nous verrons tous les effets des tendances préexistantes qui se sont accélérées grâce au Covid 19.

Deux tendances sont susceptibles d’avoir le plus d’impact sur l’économie et la société chinoises à long terme : la démondialisation et la digitalisation. Nous assistons à un changement fondamental de l’ordre mondial avec une déglobalisation prolongée et une augmentation des tensions géopolitiques. La pandémie a simplement accéléré la transition vers ce nouvel ordre mondial. La démondialisation entraîne des frictions commerciales, provoquant un raccourcissement ou une diversification des chaînes d’approvisionnement vers des pays où les coûts sont plus faibles (pays plus proches et politiquement plus semblables). Le commerce mondial pour dont se désintégrer en trois blocs :

  • le bloc commercial asiatique centré sur la Chine
  • le bloc commercial européen
  • le bloc commercial américain centré sur les États-Unis, le Canada et le Mexique.

La formation d’un bloc commercial régional asiatique, avec la Chine en son centre, est en cours de réalisation depuis dix ans, grâce à la diffusion du savoir-faire technologique et à la prospérité croissante de la classe moyenne de la région. Le commerce intra-asiatique est passé d’environ 50 % du commerce total en 2000 à 60 % en 2019. Le Covid 19 a simplement accéléré la transition vers un environnement commercial où les pays se replient à l’intérieur des frontières. Les bénéficiaires évidents seront l’industrie et le commerce des technologies de la Chine, le secteur manufacturier de l’Asie du Nord-Est et les producteurs à faible coût de l’ANASE. Les pays d’Asie du Nord tels que la Corée, le Vietnam et Taïwan, qui entretiennent des liens étroits avec les secteurs les plus résistants de l’économie chinoise continentale, bénéficieront également de ce nouveau bloc commercial.

Le mandat de la Chine, qui consiste à se concentrer sur la transformation économique pour passer d’une croissance élevée à une croissance durable et de qualité, reste inchangé. Certains objectifs économiques clés pour l’économie, tels que l’innovation, l’autosuffisance dans les technologies clés, la promotion de la circulation intérieure en stimulant une consommation de haute qualité, dépendront fortement du rythme de la digitalisation. En Chine, les consommateurs et les entreprises ont accéléré leur utilisation des technologies numériques grâce au Covid-19. Auparavant, la Chine était déjà le leader du commerce électronique mondial, avec 45 % des transactions mondiales. Les secteurs qui pourraient bénéficier d’un changement plus permanent du comportement des consommateurs en raison de la pandémie devraient connaître une nouvelle croissance. À cet égard, la pandémie a accéléré l’adoption de la digitalisation dans les secteurs qui nécessitent un contact physique, tels que les soins de santé, l’éducation, le commerce de détail et le travail. En outre, la pandémie met en évidence les possibilités offertes par les actions Internet de la Chine et du reste du monde en développement, qui bénéficient de l’environnement du virus et ont tendance à générer de fortes liquidités.

Shamik Dhar 16 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques