Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Une chine forte comme un bœuf

Alors même que la Chine se prépare à célébrer l’année du bœuf le 12 février, Jasmine Kang analyste/gérante du fonds Comgest Growth China, considère que si les marchés actions chinois demeurent attractifs à moyen/long terme, les investisseurs doivent s’attendre à une forte volatilité...

Alors même que la Chine se prépare à célébrer l’année du bœuf le 12 février, Jasmine Kang analyste/gérante du fonds Comgest Growth China, considère que si les marchés actions chinois demeurent attractifs à moyen/long terme, les investisseurs doivent s’attendre à une forte volatilité : « Si le Covid-19 va probablement avoir pour effet de tempérer les festivités du nouvel an, la croissance économique de la Chine a quant à elle déjà renoué avec ses niveaux d’avant la crise. La croissance du PIB au 4ème trimestre 2020 s’est ainsi établie à 6,5 % sur un an. La pandémie du Covid-19 n’a certes pas épargné l’économie chinoise, mais nous pensons que les perspectives à moyen/long terme des marchés actions chinois pourraient être intéressantes. Toutefois, les investisseurs doivent continuer de s’attendre à une forte volatilité jusqu’à ce que la pandémie soit enfin vaincue. L’appétit pour les actions chinoises demeure aiguisé. Les actions de Chine continentale, en particulier dans le secteur de la technologie, ont figuré parmi les investissements les plus performants au monde en 2020 et devraient continuer à l’être en 2021.

La transformation de la Chine en une économie moderne de services, ses leaders technologiques, sa gestion efficace de la crise du Covid-19 et l’essor de sa classe moyenne, sont autant de facteurs ayant contribué à soutenir les marchés actions nationaux en 2020, sous l’effet du boom du commerce électronique et des systèmes de paiement électronique avancés du pays. L’expansion rapide de la classe moyenne chinoise a tout particulièrement concouru à la croissance. Les géants Internet tels que Tencent et NetEase ont bénéficié de leur solide position sur le marché chinois des jeux électroniques, en particulier durant l’arrêt des activités dans l’ensemble du pays. De même, Shandong Weigao (technologie médicale) a été un bon exemple du potentiel considérable que recèle, selon nous, le marché chinois de la santé. Si la croissance de certaines entreprises comme 3SBio (biosimilaires) ou Samsonite (bagages) a été anémique l’année dernière en raison de certains facteurs réglementaires négatifs à court terme et de l’impact de la pandémie, nous pensons que ces marques sont appelées à demeurer solides sur le long terme.

Le commerce électronique a été un pilier clé de la consommation chinoise. Plus de 30 % des achats des ménages du pays sont désormais effectués en ligne ; il s’agit là du pourcentage le plus élevé au monde. Alibaba, le leader chinois du e-commerce, a enregistré une autre longue liste d’innovations réussies en 2020 avec Taobao Livestreaming, Taobao Deals, Tmall Luxury Pavilion et un produit de fil d’actualités basé sur les mégadonnées. Le gouvernement chinois va probablement continuer de durcir la réglementation du secteur numérique, mais nous pensons qu’il va néanmoins chercher à trouver un juste équilibre entre innovation et réglementation. Alibaba, du fait de son rôle d’innovateur Internet, va continuer de revêtir de l’importance pour l’ambition de la Chine de devenir une nation de haute technologie.

D’autres acteurs de l’économie réelle méritent d’être mentionnés : SAIC, le premier constructeur automobile chinois, a vu le cours de son action s’apprécier grâce aux premiers signes de reprise des ventes sur le marché automobile chinois ; Midea, un producteur bien connu d’appareils de chauffage/ventilation/climatisation et électriques, a également bénéficié à la fois de l’augmentation de la consommation intérieure et de la vigueur des exportations. Le fabricant de puces TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company) demeure une entreprise de premier plan dans la mesure où il est apparu clairement en 2020 qu’Intel s’était laissée distancer dans la course aux puces toujours plus minuscules.

Le programme ‘stock connect’ a donné une nouvelle dimension à l’ouverture des marchés de capitaux. Les investisseurs étrangers détiennent désormais environ 10 % de la capitalisation boursière des entreprises de Chine continentale après avoir investi plus de 50 milliards de dollars l’année dernière (et plus de 330 milliards de dollars depuis le lancement du programme Connect en 2014).

Avec la signature du Partenariat économique régional global (PERG), la Chine a également considérablement accru son influence dans la région Asie-Pacifique. À plus long terme, le PERG devrait avoir un impact positif sur la croissance future des marchés asiatiques. L’accord marque un nouveau déplacement vers l’Est de l’épicentre de l’économie mondiale. Pour la Chine, considérée comme le pays moteur de l’accord, il ouvre la possibilité d’étendre encore un peu plus son influence économique dans la région Asie-Pacifique ».

Jasmine KANG 9 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques