Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Une inflation plus élevée, une croissance plus faible, des déficits plus importants et un relèvement plus rapide des taux

Nous révisons nos prévisions du PIB de la zone euro pour tenir compte d’un choc énergétique plus sévère et d’une récession hivernale plus profonde que prévu. Nous prévoyons désormais que la croissance annuelle du PIB de la zone euro passera de 2,9 % en 2022 à 0 % en 2023.

Nous n’avons pas encore vu le pic de l’inflation dans la zone euro. L’inflation globale devrait dépasser 10 % d’ici le quatrième trimestre de 2022, ce qui accroît le risque que l’inflation sous-jacente reste également plus élevée pendant plus longtemps, oscillant autour de 4 % l’année prochaine.

Les gouvernements nationaux mettront probablement en œuvre de nouvelles mesures de soutien pour atténuer l’impact du choc énergétique sur les revenus réels, mais l’inflation pourrait empêcher une réponse politique plus audacieuse, ou même des transferts fiscaux européens.

La BCE n’a d’autre choix que de s’engager dans un resserrement monétaire plus rapide tant que l’inflation continue d’augmenter. Les derniers signaux politiques de Jackson Hole suggèrent que la BCE accorde plus de poids aux résultats réels de l’inflation qu’aux projections du personnel, ce qui rend plus probable une hausse de 75 points de base en septembre.

Cependant, la normalisation de la politique sera difficile et une approche "stop-and-go" semble de plus en plus possible. Cela signifie que la BCE pourrait marquer une pause lorsque la récession se produira au début de 2023, mais reprendre le relèvement des taux lorsque l’économie se redressera plus tard l’année prochaine.

Frederik Ducrozet 31 août

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques