Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Vers l’économie circulaire

Le modèle de la croissance comme source d’une prospérité croissante dans un monde unifié mondial a vécu. La surexploitation des ressources naturelles et ses conséquences négatives sur le bien être rendent impérieux un changement majeur de destination de l’activité productive...

Le modèle de la croissance comme source d’une prospérité croissante dans un monde unifié mondial a vécu. La surexploitation des ressources naturelles et ses conséquences négatives sur le bien être rendent impérieux un changement majeur de destination de l’activité productive. Dans ce contexte, l’économie circulaire, au cœur de notre thématique d’investissement, peut permettre de réconcilier bien être et prise en compte de la rareté des ressources.

L’économie circulaire esquissée dès 1966 par l’économiste britannique Kenneth Boulding préconise que l’Homme s’inscrive dans un système écologique capable d’une reproduction continue de toute forme matérielle.

Les composantes que nous retenons particulièrement dans notre orientation de gestion sont les suivantes et nous donnerons quelques exemples choisis, loin d’être exhaustifs de la circulation de cette thématique dans votre fonds :

1. Approvisionnement durable et achats responsables

L’objectif pour votre fonds est de pouvoir apprécier la mise en œuvre d’une politique de sélection par les entreprises de fournisseurs ayant les meilleures pratiques destinées à limiter les rebuts d’exploitation et l’impact environnemental de l’exploitation des matières énergétiques et minérales ou de l’exploitation agricole et forestière. Notre grille d’analyse ESG intègre ainsi systématiquement une évaluation de la gestion des fournisseurs, sous l’angle de l’utilisation raisonnée par ces derniers des matière premières (labellisation Eco Vadis des fournisseurs par exemple) et de la réduction du nombre de fournisseurs pour pouvoir en assurer un suivi plus pointu.

2. Écologie territoriale

Favoriser les échanges de flux ou une mutualisation de besoins. Pilier de l’économie circulaire, l’écologie industrielle et territoriale vise à optimiser les ressources sur une zone d’activité donnée, qu’il s’agisse d’énergies, d’eau, de matières, de déchets mais aussi d’équipements et d’usages quotidiens (la ville du quart d’heure).

Veolia conçoit, développe et gère des réseaux de chauffage urbains dans plusieurs grandes métropoles, ce qui permet d’optimiser les consommations d’énergie à l’échelle locale. Son portefeuille représente une puissance installée de 21,100 MW et associe de grands réseaux urbains, comme celui de Varsovie (1,700 km de longueur et 18,000 bâtiments raccordés), à des éco-réseaux de petite taille. Des procédés innovants sont mis au moins, comme la capture des calories du collecteur d’eaux usées de la ville d’Issy-les-Moulineaux pour produire de la chaleur.

3. Économie de la fonctionnalité

Cette forme d’économie collaborative privilégie l’usage à la possession et tend à vendre des services liés aux produits plutôt que les produits eux-mêmes. Les politiques de développement des transports publics participent de cette thématique. Le fonds S.YTIC participe à leur financement via des entreprises du secteur du BTP comme Eiffage (acteur du développement du Grand Paris dans des métiers variés comme le génie électrique, le génie civil ou la construction) ou du rail comme Alstom (production de matériel roulant et solutions à destination de l’ensemble des systèmes ferroviaires pour améliorer leur efficacité et allonger leur durée de vie).

4. Allongement de la durée d’usage

Passe par le recours du consommateur à la réparation, à la vente, au don, ou à l’achat d’occasion dans le cadre du réemploi et de la réutilisation. Adevinta (Leboncoin) est ainsi un exemple emblématique de cette thématique.

5. Recyclage

Traitement et valorisation des matières premières contenues dans les déchets collectés en vue de leur réutilisation dans de nouveaux produits : Dans le cas de la production de verre, Verallia utilise de plus en plus de calcin (débris de verre récupérés) dans la fabrication de ses produits. Son taux d’incorporation dans les fours a considérablement augmenté au cours des dernières années. Ce taux pourrait techniquement atteindre jusqu’à 95 % pour certaines teintes.

Tomra Systems, le leader mondial dans la fabrication de machines qui permettent de trier et de récupérer automatiquement les bouteilles usagées en verre et en plastique, notamment à l’aide de capteurs qui permettent de rapidement identifier les différents types de bouteilles s’inscrit également dans cette thématique.

De même, l’opérateur téléphonique Orange a mis en place une filière de collecte et de recyclage des mobiles (taux de collecte des mobiles usagés en Europe : 20.4% en 2021).

Laurent Saint Aubin 19 septembre

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques