Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Eric Siegloff : « Pas de scénario en W en 2010 »

A la différence de nombreux analystes, le directeur de la gestion tactique de l’allocation d’actifs d’ING ne prédit pas une rechute des marchés dans les douze mois à venir...

Quelles conclusions tirez-vous de l’année 2009, qui touche à sa fin ?

L’année 2009 a été marquée par une spirale désinflationniste, par un effet de levier inversé et par un rapport tendu au risque systémique. Les pouvoirs politiques ont fait preuve d’une coordination et d’une adaptation exemplaire dans un environnement extrême, sur la base de taux d’intérêt très proche de zéro, et de mesures non conventionnelles telles que l’assouplissement quantitatif. La reprise économique et la disponibilité de liquidités ont été les clefs de la confiance, avec un retour progressif de l’appétit au risque et un passage de la panique à l’euphorie.

Les analystes sont partagés entre l’hypothèse d’une poursuite de la reprise économique et une violente rechute ? Que prévoyez-vous en 2010 ?

Nous envisageons une croissance molle, dans un contexte de profits bas avec des positionnements défensifs des grandes sociétés. Les investisseurs vont rechercher une croissance élevée et soutenue complétée par des rendements concrets, qui les amèneront à opter pour des stratégies basées sur les capitalisations les plus importantes, avec de hauts dividendes, ainsi que sur les produits sûrs dans les marchés du revenu fixe. Nous ne prédisons pas de scénario en W.

Quelles sont vos prévisions concrètes ?

Les marchés boursiers vont dégager un rendement total de 15 à 20% sur l’année. Celui des pays émergents représentera quasiment le double (28%) de celui des marchés développés (15%). Les obligations gouvernementales seront marginalement profitables, avec plus de possibilités en investment grade notamment. Quant aux allocations d’actifs, les produits les plus risqués seront privilégiés, avec des marges à deux chiffres dans les titres et à un chiffre dans les crédits. Les investisseurs chercheront principalement à dégager des profits via les dividendes, qui représenteront une part plus importante de l’ensemble des rendements. Le rendement des dividendes va approcher en moyenne 3%, soit proche du rendement des obligations d’entreprise.

Quels seront les principaux risques ?

La confiance des investisseurs en 2010 sera déterminée par le retrait des mesures d’assouplissement quantitatif, qui ont contribué artificiellement à la reprise économique à partir du deuxième trimestre 2009, par le retour à la hausse des taux d’intérêt (qui sera différent selon les pays car certain souffriront plus que d’autres de l’inflation), par la mise en place de politiques fiscales plus agressives, par les craintes d’une réglementation plus sévère des marchés financiers, et par la volatilité des cours du pétrole.

Quelle sera la principale tendance des douze mois à venir ?

Il y aura un certain nombre de divergences dans l’ensemble des domaines, dans la continuité de ce qui s’est passé cette année. Divergence entre les pays développés et les pays émergents, entre les entreprises et les ménages, entre les producteurs et les consommateurs, entre les stratégies de risque et les stratégies défensives.

Incontestablement, il faudra regarder du côté des marchés émergents, qui constitueront désormais une région ayant ses propres caractéristiques et opportunités, indépendamment des marchés mondiaux.

Les marchés émergents dégageront une profitabilité supérieure en termes de rendement sur titre, et en marges de profits, grâce à des taux d’épargne élevés, au ratio endettement / PIB ou à l’historique de croissance. Les pays émergents continueront aussi de bénéficier de la hausse des prix des matières premières, même si cela créera des divergences à l’intérieur de la région. Les exportateurs de matières premières seront favorisés, au contraire des importateurs des pays développés qui souffriront de la hausse des cours.

Johann Harscoët Novembre 2009

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques