Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

L’impact de la Guerre

L’attaque de Poutine contre l’Ukraine a de vastes conséquences sur les marchés financiers mondiaux, les investisseurs reconsidérant leurs options. L’analyse de Tatjana Greil-Castro, Co-responsable des marchés publics chez Muzinich...

Ces dernières semaines ont été tumultueuses pour les marchés financiers mondiaux, l’Occident s’unissant contre Vladimir Poutine pour son invasion de l’Ukraine. Alors que le monde tente d’évaluer l’évolution de la situation, l’impact financier, économique et humanitaire est ressenti par les investisseurs et les entreprises du monde entier ainsi que par les peuples ukrainien et russe.

L’augmentation du risque géopolitique a entraîné un changement important dans notre évaluation du risque extra-financier. Bien que nous ayons maintenu une position nettement sous-pondérée en actifs russes, nous avons pris la décision de supprimer toute exposition à la Russie.

Le marché a été relativement illiquide pour les actifs russes, mais nous pensons que l’imprévisibilité de la situation a augmenté la probabilité de ne pas pouvoir vendre ces positions ultérieurement ; même si elles devaient faire défaut, il n’y aurait peut-être pas de marché pour les vendre à un prix de minimus. Nous nous attendons à ce qu’il y ait davantage de vendeurs lorsque d’autres investisseurs adopteront une position similaire, étant donné le nuage d’incertitude et l’odeur d’agression souveraine, et nous nous attendons à ce que la base d’acheteurs et les teneurs de marché de ces obligations se réduisent encore plus.

La liquidité des noms liés à la Russie a pratiquement disparu. Nous voulions profiter du peu de liquidités restantes en pensant qu’elles s’assècheraient dès que les couvertures seraient mises en place. Cette crainte se concrétise aujourd’hui et pourrait s’intensifier, car les banques renoncent à effectuer des transactions sur les titres russes, les fournisseurs d’indices excluent les titres russes et peu ou pas d’acheteurs interviennent pour prendre le relais.

En tant qu’investisseurs, nous nous trouvons dans une situation sans précédent. À ce jour, des sanctions ont été mises en place à l’encontre de sociétés russes, notamment des banques, des entreprises technologiques, aérospatiales et de défense. Parallèlement, le G7 a empêché la Banque centrale de Russie (CBR) de déployer ses réserves internationales et a déconnecté certaines banques russes du système de messagerie financière SWIFT. En conséquence, le rouble s’est effondré et la CBR a plus que doublé ses taux d’intérêt.

Les agences de notation Moody’s et Fitch se sont jointes à Standard & Poor’s pour abaisser la note du crédit souverain de la Russie à "junk", craignant que l’impact des sanctions ne laisse la Russie dans l’incapacité d’assurer le service de sa dette. [1] Dans le même temps, les fournisseurs d’indices envisagent de retirer ou ont déjà retiré les actions russes de leurs indices. [2]

Les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau depuis huit ans. [3] Alors que de nombreux pays ont jusqu’à présent essayé d’éviter de sanctionner les entreprises énergétiques russes, la demande de pétrole russe a diminué. Les entreprises occidentales coupent également leurs liens avec le pays dans des secteurs tels que la technologie, le divertissement, l’automobile et le textile. Le consommateur russe est désormais confronté à des taux d’intérêt de 20 %, à une monnaie qui s’affaiblit et à une diminution rapide de l’accès aux produits occidentaux. [4]

Les prix des denrées alimentaires sont également affectés, notamment le blé, dont l’Ukraine et la Russie sont les principaux producteurs. Bien que le conflit entraîne déjà une hausse des prix des denrées alimentaires, il est peu probable que nous en percevions pleinement l’impact avant la fin de l’année.

Outre le coût en vies humaines, les conflits ont également un impact sur l’environnement : la destruction des infrastructures urbaines entraîne des fuites de gaz et d’eau ainsi que la contamination de l’eau, la destruction de monuments culturels et la possibilité terrifiante d’une catastrophe nucléaire. Une fois qu’un conflit est terminé et que la reconstruction commence, il y a également un effet d’entraînement sur les ressources naturelles, car la demande de matières premières augmente fortement.

L’Allemagne a refusé de certifier le gazoduc Nord Stream 2, que beaucoup ont salué d’un point de vue environnemental et géopolitique - il était prévu qu’il ajoute 100 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère sur une base annuelle. [5]

Alors que le gaz russe est toujours acheminé vers l’Europe, les prix du gaz ont grimpé en flèche alors que les spéculations s’intensifient sur le fait que les centrales de charbon pourraient devoir augmenter leur capacité opérationnelle pour répondre à la demande en cas de rupture de l’approvisionnement en gaz russe.

Avec la tendance croissante à l’amélioration des normes environnementales, sociales et de gouvernance dans les portefeuilles (davantage de fonds étant classés comme relevant de l’article 8 en vertu de la directive sur la finance durable de l’Union européenne [6]), l’éthique sur la détention de sociétés telles que les producteurs de pétrole et de gaz russes dans l’environnement géopolitique actuel est de plus en plus discutable. Dans le même temps, d’autres organisations fondées sur les critères ESG, telles que les Principes pour l’Investissement Responsable des Nations Unies, examinent les conséquences de la situation pour leurs signataires.

À ce stade, les impacts de deuxième et troisième ordre sont difficiles à évaluer. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement que nous avons déjà connus en raison du Covid, du changement climatique et de l’adaptation au climat pourraient être exacerbés. L’inflation, déjà préoccupante, risque d’augmenter encore ou du moins de rester élevée plus longtemps. La hausse des prix du pétrole, du gaz et des matières premières devrait avoir un impact général sur les fondamentaux des entreprises, car les coûts d’exploitation augmentent et les marges sont sous pression.

Des entreprises telles que les constructeurs automobiles mondiaux qui vendent des voitures en Russie, et les opérateurs de télécommunications qui ont des offres en Russie, pourraient également être touchées. Même si ces entreprises sont généralement bien diversifiées sur le plan géographique, elles ont déjà fait preuve d’une grande volatilité en raison de l’impact de la crise sur leurs activités. Nous continuons donc à évaluer la situation et l’impact sur les positions de nos portefeuilles.

L’impact humanitaire de cette guerre peut à peine être imaginé : la vie de toute une population a été bouleversée, la vie normale s’est arrêtée et l’on doit s’inquiéter de la sécurité et de la survie des enfants et des familles.

Nous souhaitons que cette tragédie prenne fin rapidement et que la paix soit rétablie. Dans l’intervalle, nous continuerons à nous concentrer sur la recherche de bonnes sociétés aux fondamentaux solides qui, selon nous, seront en mesure d’assurer le service de leur dette, tout en faisant notre possible pour préserver le capital de nos clients.

Tatjana Greil-Castro 8 mars

Notes

[1] Bloomberg, au 3 mars 2022

[2] Reuters, au 3 mars 2022

[3] Trading Economics, au 3 mars 2022

[4] Banque Centrale de la Fédération de Russie, au 28 février 2022

[5] CNN, au 23 février 2022

[6] SFDR : Règlement (UE) 2019/2088 du Parlement européen et du Conseil du 27 novembre 2019 concernant les informations relatives à la durabilité dans le secteur des services financiers.

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques