Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

La Fed à la manœuvre

Sans surprise, la Fed devrait annoncer une hausse de taux de 50pb lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, pour juin, juillet et peut-être même septembre. Face à une inflation qui ne cesse de surprendre à la hausse, la Fed n’a d’autre choix qu’agir fortement et rapidement, quitte à peser sur la croissance qui reste toutefois résiliente...

Les marchés ont déjà intégré les futures hausses, mais pourraient être surpris si la Fed envisageait de dépasser significativement le taux neutre.

L’inflation américaine en mai a de nouveau surpris à la hausse, avec un indice des prix à la consommation (CPI) à 8,6% [1] contre les 8,3% attendus, et un Core CPI à 6% contre les 5,9% attendus. Dans ce contexte, la Fed n’a d’autre choix que de continuer à agir vite et fort et ne peut se permettre la moindre complaisance face à son mandat principal de stabilité des prix. La résilience de l’économie, avec un marché de l’emploi qui continue à être dynamique, 390 000 emplois créés en mai [2], mieux qu’attendu, lui offre en effet des marges de manœuvre.

Nous estimons qu’elle devrait donc annoncer une hausse de taux de 50pb des Fed Funds dans une fourchette de 1.25%-1.50%, et confirmer une augmentation similaire en juillet pour les porter à 1.50%-1.75%. Tout à sa volonté d’avoir un message clair, en ligne avec les récentes déclarations de son président Jerome Powell, « the main thing is to get inflation down » [3], la Fed pourrait même indiquer la possibilité de réitérer cette hausse de 50pb en septembre afin de contenir les anticipations d’inflation. Au 10 juin, le 5Y5Y forward swap inflation est à 2.80% [4], au-delà de l’objectif de la Fed.

Le message de la Fed a jusqu’ici bien été compris par les marchés. Leurs anticipations, trois hausses de 50pb puis deux de 25pb d’ici décembre, sont cohérentes avec la volonté affichée de la Reserve fédérale d’atteindre rapidement le taux neutre. En revanche, si Jerome Powell communiquait le 15 juin sur la nécessité d’aller bien au-delà du taux neutre, estimé entre 2.25% et 2.50%, les marchés pourraient réagir négativement, entrainant des tensions plus prononcées sur les parties courtes et intermédiaires de la courbe. La correction sur les taux long-terme ne serait alors pas terminée.

Franck Dixmier 14 juin

Notes

[1] US Bureau of Labor Statistics, 10 juin 2022

[2] US Bureau of Labor statistics, 3 juin 2022

[3] Wall Street Journal, 17 mai 2022

[4] Bloomberg, 10 juin 2022

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques