Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Le marché locatif meublé en crise : 3 conseils de Olivier Maréchal, co-dirigeant de Rent your Paris

Le paysage du marché locatif meublé a été transformé par la pandémie de Covid-19. Les propriétaires sont en effet confrontés à l’effondrement du tourisme international, qui impacte les locations meublées et particulièrement celles de courte durée.

Ceux/celles qui se tournent vers le marché de la location traditionnelle sont confrontés à d’autres difficultés :

  • l’offre de logements est en forte hausse (source) alors que les demandes baissent ;
  • cette concurrence diminue les prix des loyers (source) ;
  • de nombreux locataires quittent les grandes villes pour privilégier un logement plus grand à proximité (source) ;
  • et les visites sont devenues très complexes à organiser en raison des règles de distanciation sociale.

Dans ce contexte, comment réussir à tirer son épingle du jeu ?

Olivier Maréchal, co-dirigeant de Rent your Paris, livre ses conseils aux propriétaires de biens meublés pour les aider à réussir à louer malgré la crise.

Être en adéquation avec le marché

Les propriétaires ne peuvent pas appliquer les mêmes loyers qu’avant la pandémie. En quelques mois, le marché a été modifié en profondeur et les vagues épidémiques à venir (source) ne laissent pas entrevoir une reprise rapide.

Le premier réflexe à avoir est donc d’analyser la réalité du marché en regardant les prix pratiqués pour les biens similaires situés dans la même localité. Il peut en effet y avoir de grandes disparités d’une région à l’autre et même d’une ville à l’autre.

A partir de cette analyse, il sera plus facile de fixer un loyer qui soit compétitif et cohérent avec la réalité "du terrain". Baisser les prix va ainsi permettre de louer beaucoup plus vite (et plus fréquemment pour les locations de courtes durées).

Car Rent your Paris le constate au quotidien : même pendant la crise, il est tout à fait possible de trouver des locataires pour de courtes, moyennes et longues durées. Jusqu’à présent, toutes les demandes ont pu être satisfaites.

Rassurer les locataires

En raison du nécessaire respect des gestes barrières et/ou des contraintes géographiques (ex : interdiction de se déplacer dans une autre région pendant les confinements), il est devenu fréquent de louer un logement sans l’avoir visité “physiquement”.

Nombre de locataires peuvent alors redouter de découvrir, une fois sur place, que le bien choisi n’est pas du tout tels qu’ils l’imaginaient. Ils se posent en effet de nombreuses questions : le propriétaire a-t-il tout montré ? Existe-t-il des vices cachés (nuisances sonores, défaut majeur dans le logement, ...) ? Les superficies correspondent-elles à ce qui a été indiqué ?

Il est donc important de leur donner confiance en affichant une certaine souplesse.

Olivier Maréchal souligne : « Nous recommandons de négocier ou même d’annuler le préavis d’un mois lorsque les locataires n’ont pas pu visiter le logement et ne souhaitent pas le conserver après être entrés dans les lieux. »

Il est aussi conseillé de prévoir le remboursement des frais d’agence dans les mêmes conditions.

Rares sont les locataires qui changeront d’avis mais en agissant ainsi, les propriétaires suppriment une forte barrière psychologique qui les dissuade de louer.

Proposer des services adaptés aux enjeux actuels

De nouveaux modes de visites

Pour limiter les risques de contamination, sécuriser les locataires et être en phase avec les nouveaux comportements des Français, l’utilisation d’outils digitaux est devenue incontournable.

Concernant les visites des logements, Rent your Paris conseille de prévoir au minimum la possibilité de réaliser une visite virtuelle du bien à louer (photos HD, vidéos...) et l’organisation de visites en visioconférence. Le nouveau protocole sanitaire

Depuis le samedi 28 novembre, un nouveau protocole sanitaire doit être mis en place pour toutes les visites. Il prévoit notamment l’obligation d’organiser les visites uniquement sur rendez-vous, après une sélection accrue des candidats en amont (source).

Les propriétaires doivent aussi veiller au port du masque, à la durée des visites (30 minutes maximum), à la désinfection des mains avec du gel hydroalcoolique avant et après la visite, et au respect des gestes barrières.

Le logement doit aussi être aéré 15 minutes avant la première visite puis entre toutes les visites.

Olivier Maréchal 3 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques