Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Le nombre d’infections lié au coronavirus continue d’augmenter

Le nombre d’infections lié coronavirus a commencé à augmenter fortement en janvier dans de nombreux pays, mais a néanmoins diminué vers la fin du mois. Les nouvelles formes du virus ont suscité des inquiétudes, et les problèmes de distribution des vaccins ont généré de la frustration.

De plus, dans de nombreux pays d’Europe, les restrictions visant à freiner la propagation du virus ont été maintenues ou renforcées. Malgré cela, le nombre de nouvelles infections continue d’augmenter plus rapidement qu’auparavant.

Dès lors, dans les pays occidentaux, les performances économiques du premier semestre devraient être plus lentes que prévu, mais la confiance dans l’effet positif des vaccins reste élevée. Ainsi, la course entre les programmes de vaccination et la propagation de la maladie se poursuit.

Changement de cap aux Etats-Unis

Après le coup de théâtre des élections présidentielles aux États-Unis, les Démocrates ont finalement remporté deux sièges supplémentaires au Sénat en Géorgie et contrôlent ainsi le Sénat avec la plus petite marge possible. Cela facilitera, mais ne garantira pas, la mise en œuvre de l’ambitieux programme des Démocrates.

En témoigne la prise d’assaut du Capitole deux semaines avant l’investiture du nouveau président par des partisans furieux de Donald Trump. Les événements de Washington DC ont été un choc majeur, bien qu’ils aient pris fin rapidement.

Le nouveau président Joe Biden a de son côté lancé une campagne pour un nouveau plan de relance encore plus important et aussi pour améliorer l’efficacité du programme de vaccination américain. Il a également annoncé qu’il allait abroger de nombreuses décisions prises par son prédécesseur. Sous son impulsion, les États-Unis prévoient par exemple de rejoindre à nouveau l’Accord de Paris.

Par ailleurs, les attentes à l’égard de la reprise économique américaine sont fortes, et son PIB devrait retrouver son niveau habituel d’ici un an.

Néanmoins, la question de la hausse de l’inflation pèse sur les perspectives. Les mesures massives de relance monétaire et financière font augmenter à la fois le montant des liquidités et les revenus des ménages. La reprise de la consommation pourrait donc accélérer la hausse des prix. L’administration Biden a également proposé d’augmenter le salaire minimum à 15 dollars de l’heure aux Etats-Unis, ce qui pourrait augmenter le coût de la main-d’œuvre.

Cette situation pourrait conduire à une réévaluation de la politique monétaire de la Fed. Les attentes du marché en matière d’inflation pourraient également augmenter de manière significative par anticipation, ce qui entraînerait une hausse des taux à long terme.

De leurs côtés, les perspectives économiques de la zone euro ont été assombries par les difficultés persistantes posées par le coronavirus. La reprise économique en souffrira et le processus sera plus long que prévu. En Allemagne, le gouvernement par exemple a revu à la baisse ses estimations de croissance, passant de 4,4 % à 3,0 % cette année.

La confiance des consommateurs en Allemagne a également été affaiblie par la fin du remboursement temporaire de la TVA. Les pays européens devront donc envisager de nouvelles mesures économiques pour continuer à soutenir les consommateurs et les entreprises.

Quant à l’Italie, le gouvernement s’est effondré en raison d’un désaccord sur l’utilisation des fonds de relance de l’UE. Des tentatives sont actuellement en cours pour former un nouveau gouvernement basé sur une coalition plus large, l’ancien Premier ministre Matteo Renzi jouant ici un rôle décisif.

L’engouement pour les actions fait rage sur les marchés

La hausse du cours de l’action GameStop, une société américaine de jeux vidéo, qui est passée de 20 à 350 dollars en quelques jours, a suscité une attention considérable de la part des médias et du marché. La hausse du cours de la société déficitaire a été poussée par l’action des petits investisseurs. Les fonds spéculatifs qui avaient shorté cette action ont en conséquence souffert de la hausse du prix, perdant des dizaines de milliards de dollars.

De nombreuses autres actions ont été la cible d’un battage médiatique similaire. Par exemple, l’action de la société finlandaise Nokia a grimpé d’environ 30 % sans qu’aucune nouvelle information relative à ses activités ne soit disponible. L’échange rapide en dérivés de ces actions à la mode a suscité des inquiétudes quant au fonctionnement des marchés et aux effets de pertes importantes.

En fait, le marché actions américain a baissé de 1,1 % à la fin janvier, et l’indice européen Stoxx 600 a chuté de 0,8 %. Le rendement des obligations américaines à 10 ans a dépassé le niveau de 1 % et s’est établi à 1,09 %. Le rendement des obligations souveraines allemandes à 10 ans est passé à -0,52 %. De plus, le renforcement de l’euro par rapport au dollar a pris fin et son taux de change s’est affaibli de 0,6 %.

Graphique : Perspectives des entreprises industrielles aux États-Unis et évolution sur six mois des marchés des actions.

Tomas Hildebrandt 9 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques