Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Londres et Paris toujours en tête du classement de l’indice LaSalle de croissance des villes européennes

Selon la toute dernière édition de l’indice annuel de croissance des villes européennes (ECGI) du gestionnaire international d’investissements immobiliers LaSalle Investment Management (« LaSalle »), Londres occupe la première place du classement européen des prévisions en matière de demande immobilière et ce, pour la sixième année consécutive.

Selon la toute dernière édition de l’indice annuel de croissance des villes européennes (ECGI) du gestionnaire international d’investissements immobiliers LaSalle Investment Management (« LaSalle »), Londres occupe la première place du classement européen des prévisions en matière de demande immobilière et ce, pour la sixième année consécutive. Non loin derrière, Paris maintient sa position comme l’une des « deux grandes » villes européennes grâce à son statut de carrefour européen majeur des technologies et de l’innovation.

Schéma 1 : Le Top 20 des villes selon l’ECGI 2022

Bien que toujours en tête, Londres a vu son score ECGI reculer depuis l’an dernier en raison de pressions sur la croissance de son PIB. En 2022, pas moins de 57 villes européennes ont assisté à la dégradation de leur score ECGI, un record depuis la grande crise financière. L’écart entre Londres et les villes régionales britanniques s’est également encore accentué selon l’indice de cette année.

Schéma 2 : Les villes britanniques 2022 vs 2021

Les villes allemandes, en revanche, se sont révélées moins volatiles durant la crise économique, voire complémentaires, quatre d’entre elles figurant dans les 20 premiers rangs du classement. En fait, depuis la création de l’ECGI en 2000, seules Londres, Paris et Munich ont constamment réussi à se maintenir sur l’une des 10 premières marches. Amsterdam les y rejoint cette année grâce aux perspectives exceptionnellement solides qu’elle affiche en termes de capital humain et de croissance de l’emploi.

Schéma 3 : Amsterdam

« Cette année, les résultats interviennent au milieu de turbulences macroéconomiques significatives pour les marchés européens. En dépit de leurs classements et de solides fondamentaux, plusieurs villes européennes continueront à rencontrer des difficultés dans les mois à venir. » déclare Petra Blazkova, Head of Research & Strategy, Core & Core-Plus Capital, Europe chez LaSalle. « Voilà pourquoi les résultats de cette année ainsi que les indicateurs de l’ECGI sont un outil précieux pour évaluer la demande des entreprises et les perspectives d’avenir des marchés immobiliers, quand les investisseurs recherchent la stabilité de ce secteur dans un contexte financier mondial qui se dégrade. » poursuit-elle.

« En période difficile pour les marchés, l’immobilier demeure une classe d’actifs primordiale pour les investisseurs. Nos études montrent que si, l’an dernier, de nombreuses villes européennes se remettaient progressivement de la pandémie, les marchés sont désormais confrontés à des difficultés économiques et géopolitiques qui contraignent les investisseurs à se constituer des portefeuilles diversifiés fondés sur une résilience à long terme. » conclut Uwe Rempis, Managing Director et Fund Manager de LaSalle E-REGI.

Next Finance 6 octobre

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques