Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Marchés de la dette en Europe : gérer son financement en période d’incertitude

Alors que les tensions géopolitiques persistent, que l’inflation mondiale augmente et que les entreprises font face à des problèmes d’approvisionnement à l’échelle mondiale, de nombreuses entreprises évaluent leurs stratégies d’accès au financement dans le marché actuel.

Lors d’un récent séminaire en ligne que nous avons organisé avec le cabinet d’avocats international de premier plan Ashurst, plusieurs experts européens du conseil en dette (Debt Advisory) de Lincoln International ont présenté comment naviguer sur les marchés de la dette dans le contexte incertain actuel.

Alors que le conflit en Ukraine continue d’évoluer, les ondes de choc sur les marchés sont jusqu’à présent moins importantes que celles qui avaient été ressenties au début de la pandémie de COVID-19. Bien que les prêteurs fassent preuve de prudence pour éviter de s’exposer à des actifs en Russie et en Ukraine, la forte activité de fusions - acquisitions (M&A) qui se poursuit a permis aux prêteurs de rester sélectifs tout en ne restant pas inactifs.

En outre, les fonds de dette privée continuent à gagner du terrain en Europe face aux prêteurs bancaires traditionnels qui se concentrent sur leurs portefeuilles de prêts existants et se détournent des prêts à fort effet de levier. Les fonds de dette privée saisissent l’opportunité de gagner des parts de marché supplémentaires dans les pays où ils avaient une pénétration plus faible en proposant des souscriptions de dette privée compétitives dans des délais serrés.

Pour le futur, Lincoln International a des éclairages à donner aux emprunteurs qui s’interrogent sur les possibilités qui s’offrent à eux en matière de financement dans l’environnement actuel :

Quel est l’impact de la conjoncture actuelle sur le prix des nouveaux prêts ?

Le niveau de levier reste corrélé à la qualité de l’actif. Il est encore trop tôt pour évaluer l’impact du conflit et d’autres facteurs macroéconomiques sur le prix des prêts. Néanmoins, dans les secteurs plus résilients comme ceux de la santé et de la technologie, des médias & télécommunications, la tension concurrentielle est telle que nous ne prévoyons pas de changements significatifs sur le prix des prêts pour le moment. Pour les autres secteurs plus touchés par les difficultés telles que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les prix des prêts pourraient s’ajuster à la hausse, avec moins d’options de financement disponibles. Les prêteurs ont procédé à moins d’ajustements de prix pour les opérations en cours lancées avant le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, tandis que les nouvelles opérations arrivant sur le marché pourraient probablement faire l’objet d’un surcoût

Comment les équipes dirigeantes exposées à la Russie gèrent-elles les relations avec les prêteurs ?

Chaque situation est très dépendante de la nature spécifique des sanctions en jeu. Les prêteurs sont préoccupés par l’exposition à la Russie. Nous encourageons les organes de décision des entreprises à entamer un dialogue ouvert avec les prêteurs dès que possible. En partenariat avec vos conseils, faire le point sur votre situation avec les prêteurs peut se révéler essentiel pour identifier une solution en période d’incertitude.

À quoi pourrait ressembler l’environnement du financement sur le marché privé sur le reste de l’année 2022 ?

2021 a été une année record en termes de financement et de nombre d’opérations. Bien qu’il soit difficile de faire des prédictions jusqu’à la fin de l’année 2022, nous prévoyons un volume de dette stable avec un mix de nature des opérations légèrement différent. Alors que les financements d’acquisitions, les recapitalisations de dividendes et les refinancements ont prédominé l’an dernier, en 2022, nous assistons à des efforts de levée de capitaux par des entreprises touchées par des problèmes de chaîne d’approvisionnement et par le conflit en Ukraine.

Le premier semestre 2021 a été marqué par un ralentissement du volume des transactions, suivi d’une hausse rapide au second semestre. Nous prévoyons la tendance inverse cette année : un premier semestre robuste suivi d’un léger ralentissement au second semestre 2022. Nos collègues de Valuations & Opinions Group continuent à suivre de près la santé financière des entreprises privées, les intervenants de marché envisageant une éventuelle augmentation des restructurations plus tard dans l’année.

Serge Palleau 7 juin

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques