Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Olivier de Parcevaux : « Nous mettons en œuvre un processus d’investissement à forte connotation top-down »

Le fonds obligataire High Yield Butler Credit Opportunities (BCO) a réalisé sa 11ème année consécutive de performance positive. Selon Olivier de Parcevaux, le Gérant, le fonds vise une performance de l’ordre de 6 à 8 % par an avec une volatilité de l’ordre de 4 %.

Next-Finance : Pouvez-vous nous présenter le groupe CORUM Butler ?

Olivier de Parcevaux : Le groupe CORUM Butler est un asset manager européen indépendant. Il gère près de 4 Mds d’euros d’actifs à travers 2 activités : la gestion obligataire high yield (HY) depuis 2008 et l’épargne immobilière (principalement la gestion de SCPI) depuis 2011. Sur l’activité obligataire, les encours s’élèvent à 650 M d’euros.

Votre fonds obligataire High Yield Butler Credit Opportunities (BCO) a réalisé sa 11ème année consécutive de performance positive. Peut-on dire que vous êtes juste « portés » par les marchés obligataires qui ont plutôt bien performé depuis une dizaine d’années ? Pouvez-vous nous éclairer sur votre stratégie ?

Si je nous compare avec le marché sur lequel nous sommes actifs, le marché High Yield européen, notre performance paraît plus que satisfaisante, même compte tenu du contexte porteur que vous venez de décrire.

Depuis le lancement de notre stratégie long/short en octobre 2009, notre performance annualisée est de 7,6 % contre 6 % pour le marché HY européen [1] pour une volatilité de 4,4 % contre 7,2 % pour le marché. Par unité de risque, nous avons donc une performance plus de deux fois supérieure à celle de notre marché. Par ailleurs, sur cette même période, notre max Drawdown n’a été que de 7,2 % (vs 15 % pour le marché [2]). Jusqu’à fin 2019, il n’était que de 2,4 % (vs 9,5 % pour le marché [3]).

Pour arriver à délivrer un profil de rendement qui permette une bonne protection du capital dans les périodes de stress du marché (printemps 2010, été 2011, hiver 2015, automne 2018 et printemps 2020) mais également une bonne participation à la hausse dans des marchés haussiers, nous mettons en œuvre un processus d’investissement à forte connotation top-down, qui nous permet, par une grande agilité dans le déploiement du capital et des stratégies, une adaptation constante aux conditions de marché.

Un exemple d’investissement Long/Short réalisé récemment dans votre portefeuille obligataire ?

Actuellement, nous privilégions les positions à l’achat sur les valeurs dite « value », comme Atalian, Autodistribution, Banijay ou la dette subordonnée de Verisure. A l’opposé, nous sommes vendeurs à découvert sur des titres comme Dufry. Il s’agit d’une entreprise suisse de distribution spécialisée dans les boutiques hors taxe dans les aéroports, elle nous paraît surévaluée malgré les perspectives de réouverture de reprise du trafic aérien.

Quel est le benchmark du fonds ? Quel est votre rendement et votre volatilité annualisée depuis le lancement du fonds ?

Etant un fonds long/short, nous n’avons pas de benchmark, nous recherchons la performance absolue. Nous visons une performance de l’ordre de 6 à 8 % par an avec une volatilité de l’ordre de 4 %.

Combien de gérants s’occupent de la mise en œuvre des stratégies ? Quid de la stabilité de vos équipes ?

Nous sommes une équipe de 4 gérants. Trois d’entre nous travaillent ensemble depuis le lancement de la stratégie en 2008. Le dernier nous a rejoint en 2019, en provenance d’une grande banque française.

Quelle est la capacité maximale du fonds ?

La capacité du fonds peut évoluer en fonction des conditions de marchés. Actuellement nous estimons qu’elle est de l’ordre de 800 M d’euros.

Comment voyez-vous évoluer les taux de défaut sur le marché du HY européen et américain ?

Nos anticipations sur les taux de défaut sont assez bonnes compte-tenu des politiques de soutien des Etats et des banques centrales, mais également des perspectives de réouverture des économies. De plus, au moins en Europe, le rating moyen des émetteurs n’a fait que s’améliorer au cours des dernières années, ce qui a permis au marché de très bien résister à la crise COVID malgré la violence du choc économique.
D’après JP Morgan, le taux de défaut 2020 n’a été que de 3,5 % environ en Europe et, plus important encore, le taux de perte (i.e. les défauts corrigés des taux de recouvrement), est à peine supérieur à 1 %. Pour 2021, nous nous attendons à des chiffres en amélioration par rapport à ceux de 2020.

Quelles sont vos perspectives pour les années à venir avec les interventions des banques centrales ? Seriez-vous inquiets si la Banque Centrale Européenne (BCE) commençait à intervenir sur le marché HY européen ?

Au regard de nos anticipations sur le cycle économique et le faible niveau de défauts, nous n’attendons pas à court terme une intervention de la BCE sur le marché HY européen. Néanmoins, si les perspectives économiques et financières venaient à se dégrader, la BCE serait alors « contrainte » d’intervenir directement sur le marché HY européen (comme la FED l’a fait en 2020 sur le marché HY US). Nous analyserions alors cette intervention comme un facteur de soutien au marché et à l’économie et non comme l’ingrédient d’un désastre futur. Cela dit, il est clair qu’une intervention de la BCE serait le signe d’une économie européenne particulièrement dégradée et donc une lourde menace pour les investisseurs.

RF 23 mars

Notes

[1] indice IBOXXMJA

[2] indice IBOXXMJA

[3] indice IBOXXMJA

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques