Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Trois thèmes ESG pour nous occuper en 2022 : biodiversité, réglementation & données

En tant qu’investisseurs responsables, nous utilisons et devons améliorer sans cesse trois outils à notre disposition. Nous étions, à l’origine d’Ossiam, des investisseurs quantitatifs et systématiques. Nous avons par la suite ajouté une dimension à nos stratégies en leur incorporant des objectifs ESG. Pour ce faire, toutefois, nous avons besoins de données...

Le président américain Abraham Lincoln a dit : « Le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer ». Si nous avons tiré un enseignement des deux années écoulées, c’est que même créer le futur est difficile. Nous pouvons toutefois décider de ce que nous voulons prioriser. Face à l’expansion constante de l’univers de la durabilité au sein de l’investissement, Ossiam a identifié trois thèmes qui devraient nous mobiliser de manière accrue. La biodiversité est un concept, ou un mot, plutôt récent, mais qui regroupe plusieurs thèmes interconnectés et qui ont un impact sur notre vie de tous les jours tout en façonnant l’avenir de notre planète. La réglementation est l’effort entrepris par les autorités pour tenter d’organiser le domaine, en expansion constante également, que représente l’investissement durable. L’utilisation des données, l’actionnariat actif et l’intelligence artificielle sont les moteurs qui permettront à l’industrie de l’investissement d’atteindre de nouveaux horizons.

Biodiversité

L’épidémie de Covid a apporté un éclairage nouveau sur nos interactions avec et notre impact sur le règne animal. Bien que l’origine de ce nouveau virus soit encore débattue, il est généralement admis que notre proximité accrue avec le monde animal favorise l’émergence de nouvelles maladies. Bizarrement, alors que nous étions confinés, certains animaux ont temporairement investi les centres désertés de nos villes. Était-ce un message de la nature pour nous indiquer que nous prenons trop de place ? Au-delà de l’anecdote, notre relation au monde animal, mue par la quête de protéines comestibles, crée de nombreux problèmes interconnectés. Nous rasons des forêts pour élever du bétail et faire pousser du fourrage. Nous devons gérer des tonnes de déchets qui vont contaminer le sol et les nappes phréatiques. Nous abusons des antibiotiques qui conduisent à l’émergence de souches bactériennes résistantes. Nous sommes responsables de l’extinction d’innombrables espèces de plantes et d’animaux dont nous envahissons l’habitat. En partenariat avec l’organisation FAIRR, Ossiam participe au combat pour la préservation de la biodiversité. Notre planète est un écosystème fragile qui est mis en péril non seulement par l’accroissement des températures mais également par l’appauvrissement de la diversité de la faune et de la flore. Comme pourle climat, une prise de conscience et une mobilisation collectives peuvent ralentir ce processus.

Réglementation

Lorsque l’internet est apparu il y a à peu près un quart de siècle, il semblait représenter une nouvelle terre promise de liberté et d’innovation (et, rapidement, de succès commercial). En se développant et en s’intégrant à l’investissement, la durabilité, ou l’ESG, s’est parée des mêmes promesses. Il est intéressant de constater que le débat se poursuit encore pour savoir ce qui devrait être permis sur la toile. Les autorités ont été plus promptes à régenter la durabilité, probablement parce qu’elles tiennent à garder un œil sur ce que les investisseurs, ou plutôt les gestionnaires, font avec l’argent qui circule dans les marchés financiers. D’une part, cet interventionnisme est bien accueilli par une industrie régulièrement accusée de tromperie sur la nature de certains investissements, le « green-washing », même si ce n’est, comme ailleurs, le fait que d’une minorité d’acteurs. D’autre part, ce volume de réglementation supplémentaire vient s’ajouter à celui déjà existant et qui s’est alourdi récemment, entre autres, des recommandations « Bâle III » sur le capital bancaire et de la directive MiFID sur les instruments financiers. Le sentiment général est néanmoins que les autorités avancent avec prudence et sont prédisposées au dialogue avec les intervenants et à la prise en compte de leurs observations. Un effort constant dans le temps sera toutefois nécessaire pour se maintenir à niveau.

Données

En tant qu’investisseurs responsables, nous utilisons et devons améliorer sans cesse trois outils à notre disposition. Nous étions, à l’origine d’Ossiam, des investisseurs quantitatifs et systématiques. Nous avons par la suite ajouté une dimension à nos stratégies en leur incorporant des objectifs ESG. Pour ce faire, toutefois, nous avons besoins de données. Afin de poursuivre efficacement le développement de notre gamme durable, nous devons sans cesse accroître la diversité et la qualité de celles-ci. Une fois investis, notre ambition est d’être des actionnaires actifs. Cela signifie d’abord que nous engageons un dialogue avec les sociétés en portefeuille afin de contribuer à améliorer leur profil de durabilité. Cet effort s’accompagne d’une politique active de vote aux assemblées générales annuelles. Pour terminer, nous avons commencé à intégrer des outils d’intelligence artificielle dans nos stratégies. Nous les développons car nous sommes convaincus que les approches automatisées domineront sous peu le monde de l’investissement et nous voulons êtes en avance sur cette évolution. Cela ne signifie pas que les êtres humains disparaîtront de nos locaux, ils auront simplement des rôles différents.

Le monde est en expansion, et il se complexifie, et l’investissement durable ne fait pas exception à la règle. Chaque thème ou problème est lui-même divisé en sous-thèmes ou sousproblèmes, comme nous l’avons appris en nous intéressant à la biodiversité. Les solutions à ces problèmes sont autant d’opportunités d’investissement. Ce monde en expansion attire l’attention du régulateur, mais jusqu’à présent, celui-ci a travaillé main dans la main avec les investisseurs, même s’il reste encore beaucoup à faire. Ce monde en expansion nous incite à développer des outils efficaces pour rester dans la course et créer constamment les conditions d’un avenir prévisible et bénéfique à nos clients.

Frédéric Bach 4 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques