Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

La gestion de la pyramide des âges en entreprise : un outil de gestion du capital humain trop peu abordé et pourtant incontournable

Dans un contexte où les perspectives démographiques en Europe et en France sont connues, la prise en compte de la pyramide des âges devient incontournable dans la gestion du capital humain des entreprises.

Dans un contexte où les perspectives démographiques en Europe et en France sont connues (vieillissement de la population active, pénurie de main d’œuvre sectorisée, tensions accrues sur le marché de l’emploi et augmentation du nombre de départs en retraite), la prise en compte de la pyramide des âges devient incontournable dans la gestion du capital humain des entreprises.

La pyramide des âges est un outil de gestion des compétences qui permet le pilotage des ressources humaines. Cet indicateur, qui s’est développé dans les années 1980, renseigne sur la structure de la population d’une entreprise et les atouts qu’elle représente. Il s’agit d’une représentation graphique qui permet d’observer la répartition par âge et par sexe des effectifs.

Interprétation des pyramides des âges

Selon la structure des entreprises, la pyramide des âges peut prendre plusieurs formes, qui ont des implications sur la gestion du capital humain :

JPEG - 33.7 ko
Source 1 : Boost.rs
  • Champignon

L’âge moyen est élevé en raison d’une embauche massive sur une courte période. Cette forme est synonyme de solides compétences entre les mains de salariés expérimentés. Cela implique une masse salariale importante, et dans certains cas une moindre capacité d’adaptation. De plus, les départs en retraite simultanés peuvent entraîner un risque de perte du savoir-faire brutal pour l’entreprise.

  • Toupie

C’est le signe d’une entreprise qui a massivement embauché pour des raisons conjoncturelles (aubaine fiscale, croissance du marché). À long terme, si le départ rapide des tranches les plus nombreuses permet l’embauche de jeunes salariés, il cause aussi une perte de compétences et de savoir-faire. L’entreprise peut disposer de salariés en surnombre et construire une politique de carrière.

  • Cylindre

Cette forme illustre une stratégie d’embauche régulière, favorisant un équilibre entre les classes d’âges. Elle permet de définir une progression dans la carrière de chacun et de réguler les flux d’entrée et de sortie.

  • Poire écrasée

Cette forme correspond à une entreprise ayant interrompu les recrutements pendant plusieurs années. Il existe un risque important de perte de compétences. L’effectif jeune peut conduire à des difficultés de renouvellement des connaissances en matière de R&D dans les industries de hautes technologies par exemple. Les formations sont nécessaires dans un contexte de masse salariale allégée.

  • Pelote de laine

Cette forme traduit une stratégie de lutte contre le déséquilibre à l’aide d’embauches massives. Bien que la moyenne d’âge soit ainsi rééquilibrée, les arrivées de nombreux salariés jeunes entraînent néanmoins un risque de pénurie dans l’encadrement intermédiaire. A terme, peuvent survenir des conflits intergénérationnels.

Il n’existe pas encore de statistiques sur les formes de pyramide des âges les plus représentées au niveau des sociétés cotées. Si la forme des pyramides des âges est un outil d’analyse, elle ne peut pas d’un point de vue ESG être la seule justification à un plan de restructuration qui vise spécifiquement une tranche d’âge.

Pyramide des âges et rémunération

La pyramide des âges peut aussi être un outil de pilotage de la politique des rémunérations. En considérant que le vieillissement du personnel s’accompagne d’une hausse des rémunérations en raison de l’ancienneté, une politique de départ des salariés les plus âgés aura pour conséquence une réduction de la masse salariale.

L’enjeu pour les entreprises est d’anticiper les conséquences des pyramides des âges sur le long terme. En effet, la maîtrise des différentes structures de coûts, dont la masse salariale a des conséquences directes sur la valeur financière des entreprises.

En tant qu’investisseur, nous restons attentifs au suivi d’indicateurs sociaux clés couvrant la pyramide des âges comme l’ancienneté, l’absentéisme ou encore le turn-over. Ces indicateurs doivent être suivis par services, lignes de métiers et catégories de postes. Ils permettent d’identifier les compétences stratégiques. Selon une étude de l’Insee, les secteurs les plus impliqués dans la gestion prévisionnelle sont ceux de l’industrie manufacturière, de la construction, des services immobiliers et financiers.

Conclusion

Les défis des entreprises sont essentiellement tournés vers l’attraction de nouveaux talents, la prévention de l’obsolescence des compétences des salariés en poste, le transfert et la transmission des compétences. A ce titre, la gestion des âges est une véritable pratique de ressources humaines qu’il convient d’analyser attentivement dans le cadre d’une démarche d’investisseur responsable. A côté des enjeux climatiques, de digitalisation ou encore de rémunération, le sujet de la gestion de la pyramide des âges reste encore trop peu abordé dans les meetings ESG avec les entreprises, à tort.

Augustin Vincent 23 septembre

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques