Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Un modèle économique sain

Si l’on additionne tous les éléments, il peut être surprenant de lire que les marchés financiers ont connu une très bonne semaine ; les rendements des obligations d’État ont baissé (sauf pour la dette italienne qui, à 10 ans, n’était que de 4 pb plus élevée), les spreads de crédit se sont resserrés, les prix des matières premières ont augmenté...

Et le gaz continue de couler

Pour les investisseurs, la troisième semaine du mois est habituellement la plus calme, car elle comprend peu de données économiques. Avec le FOMC en blackout avant sa réunion de la semaine prochaine, tous les yeux étaient fixés sur l’Europe. Premièrement, il y a eu de bonnes nouvelles sur le front du conflit avec un accord maintenant en place pour que l’Ukraine exporte son grain par le port de la mer Noire et, après 10 jours de maintenance, les expéditions de gaz naturel vers l’Europe via le principal gazoduc Nord Stream 1 ont redémarré avec des flux qui devraient revenir à 40 % de leur capacité. C’est un soulagement à court terme car la dépendance de l’Europe au gaz naturel russe n’a pas changé. L’Europe importe 160 milliards de m3 de gaz naturel de Russie et 15 milliards de m3 de gaz naturel liquéfié (GNL). Si la Russie interrompait tous les approvisionnements en gaz, et en tenant compte du fait que les utilities passeraient au charbon, en maximisant les importations de GNL, et en réduisant l’utilisation industrielle non indispensable, un hiver chaud et des réserves actuelles qui sont à 65% de leur capacité, les niveaux de gaz seraient critiquement bas d’ici neuf mois. Cela explique l’urgence pour l’Union européenne de proposer que le bloc réduise sa consommation de gaz naturel de 15% au cours des huit prochains mois dans un plan qui toucherait tous les ménages, les producteurs d’électricité et l’industrie. Cependant, le plan a été rapidement rejeté par la Grèce et le Portugal.

Ensuite, la BCE (Banque Centrale Européenne), qui n’a pas déçu, a augmenté les taux directeurs de 50 pb (points de base), le taux de la facilité de dépôt étant désormais de 0 %. La BCE a annoncé son nouvel outil, le Transmission Protection Instrument (TPI) [1], qui peut être « activé pour contrer les dynamiques de marché injustifiées et désordonnées qui constituent une grave menace pour la transmission de la politique monétaire dans l’ensemble de la zone euro ». Le premier test pourrait venir plus tôt que prévu, car Mario Draghi a démissionné de son poste de Premier ministre italien, jetant le pays dans l’incertitude politique et le conduisant vers une élection début octobre.

Enfin, la BCE a abandonné l’utilisation de la forward guidance alors que la Banque lutte pour équilibrer les pressions inflationnistes, l’escalade politique, l’affaiblissement de la monnaie et le recul économique. Parmi les données économiques limitées publiées cette semaine, les indices flash PMI (Purchasing Managers’ Indices) ont lancé un avertissement, car les composites de la zone euro et des États-Unis sont tombés sous la barre des 50, signe de contraction économique. Cela semble confirmer le sentiment des investisseurs que la récession, et non l’inflation, est maintenant le risque le plus important.

Si l’on additionne tous les éléments, il peut être surprenant de lire que les marchés financiers ont connu une très bonne semaine ; les rendements des obligations d’État ont baissé (sauf pour la dette italienne qui, à 10 ans, n’était que de 4 pb plus élevée), les spreads de crédit se sont resserrés, les prix des matières premières ont augmenté, la performance des actions mondiales a été solide, et le dollar américain s’est déprécié. Cette évolution hebdomadaire pourrait être une indication des positions extrêmes et des niveaux de trésorerie élevés. Les investisseurs sous-pondèrent-ils la duration ? Le dollar a-t-il été acheté à outrance et les marchandises vendues à outrance ? Et les niveaux de trésorerie des gestionnaires de fonds sont-ils excessifs de sorte que les gérants craignent de rater ou de sous-performer leurs indices de référence ? Par ailleurs, la confiance des investisseurs s’améliore à mesure que les banques centrales reconnaissent les préoccupations liées à la croissance en raison des craintes inflationnistes et que le gaz continue d’affluer vers l’Europe.

Warren Hyland 27 juillet

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques