Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Une inflation plus élevée est à prévoir, selon un économiste de premier plan

Lors d’un webinaire organisé par le fournisseur européen d’ETF obligataires Tabula Investment Management Limited (« Tabula »), l’ancien chef économiste de Morgan Stanley Dr Manoj Pradhan a estimé qu’au cours des prochains mois, l’inflation augmentera plus que prévu, et stagnera à ce niveau pendant un certain temps.

La hausse de l’inflation rendra « l’extraction des rendements des actifs plus difficile ».

Lors d’un webinaire organisé par le fournisseur européen d’ETF obligataires Tabula Investment Management Limited (« Tabula »), l’ancien chef économiste de Morgan Stanley Dr Manoj Pradhan a estimé qu’au cours des prochains mois, l’inflation augmentera plus que prévu, et stagnera à ce niveau pendant un certain temps.

L’inflation aux États-Unis est actuellement de 1,7 %, mais M. Pradhan, cofondateur de la société de conseil macroéconomique Talking Heads, a averti qu’elle pourrait atteindre 3 % plus tard cette année. Il a déclaré que la hausse de l’inflation rendra « les rendements des actifs plus difficiles à extraire » et menacera l’indépendance des banques centrales, car les gouvernements cherchent à éviter de prendre des mesures pour contrôler les prix.

M. Pradhan a récemment coécrit un livre avec le professeur Charles Goodhart intitulé « The Great Demographic Reversal, Ageing Societies, Waning Inequality, and an Inflation Revival », et a déclaré que « l’inflation aux États-Unis pourrait culminer autour de 3 %, mais il existe encore une certaine complaisance à l’idée qu’elle va baisser, et ce risque doit être remis en question. »

M. Pradhan affirme qu’une hausse persistante de l’inflation est à prévoir, car les programmes actuels de relance budgétaire sont directement injectés dans l’économie réelle, contrairement aux programmes mis en place à la suite de la crise financière mondiale qui étaient essentiellement destinés au système financier.

Pradhan a déclaré : « L’augmentation de l’inflation se traduira par une pentification de la courbe des taux et les tentatives de la contrôler pousseront l’inflation à la hausse ayant pour conséquence une réelle difficulté à extraire les rendements des actifs. »

MJ Lytle, le CEO de Tabula Investment Management, a ajouté : « Pour les économies développées, discuter de l’inflation au cours des 15 dernières années n’a pas été très pertinent, mais depuis l’été dernier, cela a changé. En effet, les projections d’inflation de la Banque d’Angleterre pour 2024 montrent un éventail de prévisions allant de la déflation à -1%, à une inflation pouvant atteindre 5% ou 6%. »

À la fin de l’année dernière, Tabula a lancé son ETF UCITS US Enhanced Inflation, le seul ETF sur le marché qui offre une exposition à l’inflation américaine réalisée et attendue dans un seul indice. Cet ETF combine un portefeuille d’obligations américaines indexées à l’inflation et une protection sur les anticipations d’inflation (Breakevens). L’ETF déjà 50 millions de dollars d’actifs sous gestion et suscite un intérêt croissant de la part des investisseurs institutionnels et des gestionnaires de fortune en Europe, puisque celui-ci a été coté sur les principales bourses européennes et en différentes devises.

Selon M. Pradhan, la mondialisation et la démographie ont été les principales influences sur l’inflation au cours des quarante dernières années, depuis l’ouverture de l’économie chinoise.

« L’intégration de l’économie chinoise dans l’offre de main-d’œuvre mondiale est le plus grand choc historique que nous ayons vu ou que nous sommes susceptibles de voir un jour », a déclaré M. Pradhan. « L’essor de la Chine et de sa main-d’œuvre mondiale permettait aux économies occidentales, dont la population était vieillissante, d’externaliser le travail et de bénéficier d’une faible inflation, car une main-d’œuvre moins chère produisait des biens moins coûteux. »

Cela a conduit à une période de faible inflation à partir des années 1980, mais M. Pradhan estime que cette période est sur le point de prendre fin, car les avantages de l’intégration de la Chine commencent à s’estomper.

Le vieillissement de la population mondiale entraînera également une augmentation des déficits publics et des emprunts, et la diminution du nombre de travailleurs en général alimentera l’inflation. Les actifs sont généralement déflationnistes puisqu’ils produisent plus qu’ils ne dépensent, contrairement aux retraités qui sont généralement inflationnistes.

Next Finance 13 avril

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques