Next Finance English Flag Drapeau Francais
Emploi Formation Rechercher

Enquête UBS sur la confiance des investisseurs : ils restent optimistes mais prudents face aux inquiétudes liées à l’inflation et au relèvement imminent des taux

Dans un contexte d’inflation et de relèvements des taux, les investisseurs attendent la bonne opportunité pour investir dans des secteurs tels que la santé et technologie, tandis que les entrepreneurs cherchent à embaucher et à investir davantage.

L’inflation et les relèvements des taux d’intérêt figurent parmi les principales préoccupations des investisseurs du monde entier, selon la nouvelle enquête trimestrielle sur la confiance des investisseurs réalisée par UBS, leader mondial de la gestion de fortune.

D’après l’enquête, menée auprès de 3 000 investisseurs et 1 200 entrepreneurs sur 15 marchés dans le monde entier, les hausses de prix des biens, de l’essence et de l’énergie inquiètent les investisseurs qui, pour beaucoup, estiment que le niveau élevé de l’inflation se maintiendra plus de 12 mois. Bien que l’optimisme économique se soit légèrement dissipé, les investisseurs restent confiants quant aux perspectives des marchés actions au cours des six prochains mois, et nombre d’entre eux perçoivent une opportunité pour emprunter et effectuer des changements au sein de leurs portefeuilles.

Deux tiers des investisseurs détiennent plus de 10 % de leur portefeuille en liquidités et près de la moitié d’entre eux se disent dans l’attente de la bonne opportunité pour investir. S’ils choisissent d’investir, 6 investisseurs sur 10 considèrent la technologie (63 %) et la santé (59 %) comme des secteurs très attrayants.

« Compte tenu des effets que la COVID-19 devrait avoir sur le secteur de la santé au cours des années à venir et de la transition vers un monde plus numérisé, les investisseurs perçoivent d’autres opportunités dans ces secteurs », déclare Iqbal Khan, président d’UBS Europe, Moyen-Orient et Afrique et co-président d’UBS Global Wealth Management. « Toutefois, étant donné les niveaux élevés d’inflation et les relèvements de taux d’intérêt qui se profilent à l’horizon, les investisseurs attendent le moment propice pour faire fructifier leur argent. »

Les entrepreneurs restent confiants dans leur activité pour les 12 prochains mois, sans pour autant cesser d’être préoccupés par le COVID-19, la hausse des coûts des matériaux et l’augmentation des impôts des entreprises. 44% d’entre eux cherchent également à embaucher et près de la moitié souhaite investir davantage dans leur activité. Par ailleurs, les entreprises modifient leurs modèles opérationnels traditionnels pour répondre aux demandes de leurs collaborateurs. 69% offrent à leurs collaborateurs des horaires de travail plus flexibles et 67 % une plus grande flexibilité en termes de lieux de travail.

« La pandémie et la “grande démission” qu’elle a engendrée ont encouragé les entrepreneurs à s’adapter à l’environnement actuel et à changer leur perspective sur la flexibilité du lieu de travail », déclare Tom Naratil, président d’UBS Americas et co-président d’UBS Global Wealth Management. « Grâce à nos conseillers, nous avons la possibilité de mettre à profit les connaissances de notre Chief Investment Office et de notre Business Owners Client Segment pour aider les entrepreneurs à garder le cap au cours de cette période de transformation. »

Conclusions au niveau régional

États-Unis

Les inquiétudes liées aux hausses d’impôts ont été reléguées à l’arrière-plan ce trimestre au profit des craintes inflationnistes, plus particulièrement pour les investisseurs, qui souhaitent que l’administration actuelle fasse de la maîtrise de l’inflation une priorité (82 %). Les investisseurs américains pensent également que l’inflation se maintiendra jusqu’en 2022, et près de la moitié d’entre eux sont préoccupés par un ralentissement du marché. Dans le contexte de volatilité du marché, les investisseurs américains envisagent de renforcer les couvertures de leurs actions et de leurs portefeuilles, de faire fructifier leurs liquidités et d’emprunter dans l’optique de hausses potentielles des taux, sous la forme de nouveaux crédits hypothécaires, de crédits hypothécaires refinancés et de prêts adossés à des titres.

Amérique latine

En Amérique latine, l’optimisme à court terme est en baisse par rapport au troisième trimestre 2021. Six investisseurs sur 10 (58 %) se disent optimistes concernant l’économie de la région, et 59 % des investisseurs se sentent optimistes quant aux perspectives à court terme des actions de leur région. Le recul de l’optimisme a également affecté leurs plans d’investissement. Cinquante-deux pour cent prévoient investir davantage dans les six prochains mois, contre 60 % au troisième trimestre.

Europe (hors Suisse)

L’optimisme des investisseurs européens a chuté de près de 10 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre, et 68 % des investisseurs européens se disent optimistes quant aux perspectives économiques de la région à court terme. L’optimisme à court terme concernant les actions a également chuté, 43 % prévoyant d’investir davantage dans les six prochains mois.

Suisse

Contrairement au reste de leurs homologues européens, l’optimisme des investisseurs suisses est en progression par rapport au trimestre dernier. 68 % d’entre eux se disent optimistes quant aux perspectives de leur économie à court terme, soit une augmentation de 12 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2021. Soixante-huit pour cent des investisseurs suisses sont optimistes concernant les actions suisses, contre 46 % au troisième trimestre. Malgré leur confiance dans le marché, les investisseurs restent tout aussi prudents à court terme, et seuls trois sur 10 prévoient d’investir davantage dans les six prochains mois.

Asie-Pacifique

L’optimisme à court terme des investisseurs asiatiques sur leur propre économie est à 63 %, comme au troisième trimestre 2021. Six investisseurs asiatiques sur dix (63 %) restent optimistes quant aux perspectives à six mois des actions de leur région, et près de quatre investisseurs sur dix (38 %) prévoient d’investir davantage dans les six prochains mois.

Next Finance 9 février

Tags


Partager

Facebook Facebook Twitter Twitter Viadeo Viadeo LinkedIn LinkedIn

Commentaire
Publicité
Dans la même rubrique
Rubriques